Imprimer cette page

24e Congrès des ainés franco-albertains

Plus d’une soixantaine d’ainés se sont rassemblés à Edmonton, les 2 et 3 juin derniers, pour prendre part au 24e congrès de la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA) sous le thème « Dis-moi d’où tu viens... »

Il était question d’Afrique, des Premières Nations, et de traditions franco-albertaines. Sur deux jours, les participants ont découvert des perspectives de différentes cultures dans les présentations des conférencières invitées au congrès qui se déroulait au centre paroissial de Saint-Thomas-d’Aquin.


Dans une première causerie le lundi, Marie-Rose Bukuba, originaire du Rwanda et établie en Alberta depuis 1998, a décrit la place des ainés au sein des cultures africaines. C’était suivi d’une présentation de l’avocate Lise Frigault qui représente, en particulier, des survivants des pensionnats autochtones. Fière de son héritage acadien et micmac, elle a parlé du rôle des ainés dans les cultures autochtones.

Le mardi, c’était au tour d’Agathe Joly de puiser dans ses souvenirs pour partager des anecdotes de « la vie d’une famille franco-albertaine » évoluant, comme elle l’a fait, elle-même onzième dans une famille de douze enfants à Saint-Paul, en Alberta. Alors qu’elle a rappelé les moments forts – le Cercle dramatique de Saint-Paul, le mouvement La Relève qui rassemblait les jeunes adultes dans des soirées dansantes, les soirées passées à écouter Séraphin à la radio –, elle a terminé sa présentation avec une réflexion sur l’avenir du français en Alberta.

 

« Avec mes enfants et mes petits-enfants, je trouve cela difficile parfois de maintenir le français... Comme moi, avez-vous la crainte de perdre ce trésor de la langue? Est-ce que nos enfants et nos petits-enfants pourront lutter pour continuer d’obtenir ces droits, dans nos écoles et dans nos communautés? », a-t-elle demandé.

Le congrès était une occasion pour les participants de parler de l’avenir et aussi de remonter dans leurs propres souvenirs, que ce soit dans les discussions ou comme lors du spectacle de Larry Lynch après le banquet du lundi soir, alors qu’ils ont prêté leurs voix à des chansons traditionnelles bien connues.

C’est aussi au banquet que le prix Ainé de l’année 2014 a été remis à Germaine et Michel Lehodey pour leur contribution à l’épanouissement des ainés dans leur communauté. Le couple d’Edmonton demeure très actif dans le service auprès des ainés, notamment avec le Club d’amitié de Saint-Thomas. « Ma passion, c’est les ainés. Je m’implique auprès d’eux depuis que je suis à la retraite », partage Mme Lehoday, ancienne présidente de la FAFA et aussi fondatrice de l’organisme Society of Seniors Caring About Seniors, groupe qui aide les ainés d’Edmonton à demeurer indépendants en leur offrant des services de transport et d’entretien du domicile.

Assemblée générale annuelle
L’assemblée générale annuelle (AGA) de la FAFA, tenue en marge du congrès, était le moment pour faire le retour sur une année mouvementée qui a vu l’organisme entreprendre de nouveaux projets. « Nous avons eu une année remplie de nouveautés qui sont allées vous rejoindre dans vos communautés. Nous avons obtenu un surplus de ressources humaines et financières pour nous rendre dans le plus grand nombre de communautés depuis une décennie », a prononcé dans son rapport la présidente sortante Simone Demers.

Parmi les initiatives qui sont allées rejoindre les ainés, il y avait la tournée de la pièce de théâtre « Les inséparables », écrite par France Levasseur-Ouimet, ainsi que la chorale Mélodie d’Amour qui s’est rendue à l’extérieur d’Edmonton. La réalisation d’une série de capsules vidéo Valoriser les contributions des 50+ a présenté le profil d’ainés francophones qui sont actifs dans différentes régions de la province.

Un troisième projet, « Stop aux Abus », réalisé en partenariat avec l’Association des juristes d’expression française de l’Alberta (AJEFA) et la Fédération des ainés et ainées francophones du Canada (FAFC), offrait des ateliers de conscientisation sur les droits des ainés. Ces initiatives s’ajoutaient aux incontournables de la FAFA, soit la semaine Plaisir d’apprendre, les Jeux franco+ et le congrès.

« Nos partenariats très solides nous permettent d’offrir un très grand nombre d’activités, malgré les ressources limitées », soutient le directeur général de la FAFA, Yannick Freychet.

Nouveau conseil exécutif
Dans les changements apportés au conseil exécutif lors de l’AGA, Linda Groth laisse le poste de secrétaire pour devenir la nouvelle présidente, au terme du mandat de Simone Demers; Irène Henley se joint au conseil dans le poste de secrétaire; Ronald Tremblay remplace le trésorier Raymond Morin; et Marie-Rose Bukuba et Gilles Nadeau deviennent conseillers. Huguette Schweiger et François Clavel demeurent au conseil, dans les postes de première vice-présidente et deuxième vice-président. Marie-Claire Champagne a renouvelé son mandat de représentante pour la région Nord-Ouest, avec les trois autres postes des représentants régionaux qui restent à combler.

Léger déficit
Dans son rapport des états financiers de la FAFA pour 2013-2014, le trésorier sortant Raymond Morin a présenté un déficit de 9000 $ sur un budget de 242 000 $.

Il attribue le manque à gagner au don exceptionnel de 11 000 $ fait par la FAFA pour l’établissement d’un fonds de dotation avec la Fondation franco-albertaine, tout en demeurant confiant dans la gestion financière de l’organisme pour la prochaine année fiscale. « Nous avons suffisamment de fonds dans la trésorerie pour couvrir le déficit et nous avons des fonds suffisants dans le compte pour 2014-2015 », a-t-il indiqué.

La FAFA prévoit un budget beaucoup plus modeste pour l’exercice 2014-2015, à défaut de recevoir le financement en surplus de Patrimoine canadien et du programme fédéral Nouveaux Horizons pour les ainés qui se rattachait aux projets spécifiques de la tournée en région de la pièce de théâtre et de la chorale, et du projet de valorisation de la contribution des 50+. Il n’y aura donc pas de tournée en province dans la prochaine année et moins de fonds disponibles pour contribuer aux clubs régionaux affiliés.

« L’année 2013-2014 était exceptionnelle avec deux gros projets et maintenant ce sera similaire à l’année d’avant, explique M. Freynet. Un de nos défis, c’est de continuer à offrir des services de façon continue alors que, de plus en plus, les bailleurs de fonds offrent du financement qui se rattache à des projets spécifiques. »

La nouvelle présidente, Linda Groth, promet une gestion responsable tout en offrant des services de qualité pour les ainés francophones. « Nous avons une bonne condition financière, mais on ne peut pas voir dans le futur. On va regarder comment faire des économies tout en ajoutant à la qualité des services », assure-t-elle.
- Ginette Boulianne

Évaluer cet élément
(0 Votes)