Imprimer cette page

Une nouvelle entente de visibilité est signée!

Un souper souper d’information avec deux objectifs : le Fonds Venence-et-Andrée-(Morisette)-Côté mis en valeur et Paul Blais Realty Group Re/Max Elite qui s’associe à la Fondation.

Une trentaine de personnes ont accepté l’invitation du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) et de la Fondation franco-albertaine (FFA) pour participer à une soirée d’information, tenue au Glenora Bistro d’Edmonton, le 13 décembre dernier.


« Cet évènement a notamment permis de présenter le Fonds de l’entrepreneuriat Venence-et-Andrée-(Morisette)-Côté et d’inciter les gens présents à s’y associer », d’affirmer le président-directeur général du CDÉA, Marc Tremblay.

Lancé en juin 2011 avec un don de 100 000 $ de Venence et Andrée (Morissette) Côté, ce Fonds de dotation a un capital qui dépasse les 200 000 $.
Ce souper a également permis à la FFA de procéder à la signature d’une entente de visibilité avec Paul Blais Realty Group Re/Max Elite. « Comme nous le faisons avec la Financière Banque Nationale, cette entente donne l’occasion à nos partenaires d’être visibles lors de nos évènements et de promouvoir ces entreprises », estime le directeur général de la FFA, Joël F. Lavoie.

Pour Paul Blais, cette entente est une façon de redonner à la francophonie albertaine. « C’est important pour moi de supporter ma communauté. Celle-ci m’a tellement appuyé dans le passé », déclare-t-il, en parlant notamment de ses années passées sur le bureau de direction de Francophonie jeunesse de l’Alberta.

Sa carrière professionnelle étant bien établie, le moment était idéal de s’associer à la Fondation. «  Depuis quelques années, grâce au travail de gens engagés, on remarque vraiment un essor du côté de la Fondation franco-albertaine, un outil qui permettra, à long terme, à la communauté de poursuivre son développement », avance Paul Blais, en précisant que l’entente de visibilité était pour une durée de trois ans.

Le Franco-Albertain invite d’ailleurs les personnes de sa génération à considérer la possibilité d’en faire autant. « Il faut reconnaitre la contribution des gens de la génération précédente. C’est maintenant notre tour de prendre la relève et, par des gestes comme celui de contribuer à la Fondation franco-albertaine, je veux être un leader là-dedans », annonce-t-il. « C’est le temps de le faire », ajoute M. Blais.

Un avis que partage Pierre Bergeron, président du comité de développement de la FFA et maitre de cérémonie de la soirée. « La Fondation franco-albertaine, c’est notre fondation communautaire, et il appartient à nous  tous de la faire grandir pour le mieux-être de notre communauté », lance-t-il.

Fait à noter, cette soirée a été offerte grâce à la contribution de Gaétan Gagnon de Greenview Holdinds Ltd.


 

Évaluer cet élément
(0 Votes)