Imprimer cette page

La FAFA a du pain sur la planche

Réunis en congrès annuel à Edmonton les 4 et 5 juin derniers, les quelque 80 membres de la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA) se sont dotés d’une nouvelle planification stratégique 2012-2015.

La FAFA souhaite notamment officialiser sa reconnaissance comme chef de file des ainés francophones de l’Alberta. « On sait que l’ACFA (Association canadienne-française de l’Alberta) est l’organisme porte-parole de la communauté, mais on l’a vu dans d’autres secteurs que le statut de porte-parole avait été transféré à un autre organisme », a lancé la présidente de la FAFA, Simone Demers, en faisant notamment allusion à la Fédération du sport francophone de l’Alberta pour tout ce qui touche les sports et le loisir.


Selon Mme Demers, la FAFA continue à jouer un rôle de premier plan. « On l’a vu ces derniers mois avec tout le dossier, à Edmonton, des soins de santé de longue durée en français en lien avec le Centre de santé Saint-Thomas. C’est quelque chose qui préoccupe nos membres », mentionne-t-elle.

D’ailleurs, la FAFA a été désignée « porte-parole des organismes provinciaux en concertation pour la priorisation de critères langagiers d’admissibilité des ainés aux services à court et à long terme dans des établissements francophones. Nous insistons toujours sur le besoin d’avoir accès aux services en français dans toutes les régions », d’affirmer Simone Demers lors de la présentation de son rapport annuel.

L’organisme entend également mettre sur pied des stratégies afin de joindre une clientèle de plus en plus nombreuse dans la société, mais peu présente à la FAFA les 50 à 65 ans. « Il faut trouver un équilibre entre nos personnes plus âgées et celles plus jeunes », avoue Simone Demers. « Il est évident qu’une même activité dans nos clubs ne répondra pas aux besoins des deux », soutient-elle.

Comme première étape, l’organisme a mené une série de rencontres à travers la province. « Cette recherche et cueillette de données a porté sur les besoins et les intérêts des ainés de 50 à 65 ans et de 65 ans et plus », souligne Simone Demers en précisant que cette étude devrait être rendue publique au cours des prochaines semaines. Afin de stimuler la participation des jeunes retraités en province, la FAFA aimerait cibler une personne appartenant au groupe des 50 à 65 ans dans chacun de ces groupes affiliés pour assurer le plein développement.

« Les besoins de cette clientèle sont différents que celle des 65 ans et plus. Il sera difficile d’attirer un jeune retraité avec des activités destinées aux personnes plus avancées en âge. Peut-être que pour inciter la clientèle des 50 à 65 ans, il faut qu’un club organise un voyage de ski à Jasper par exemple », avance-t-elle.

Sous contrôle?
Après avoir enregistré un surplus de 4000 $ pour son année 2011 (1er mai 2010 au 30 avril 2011), la FAFA a terminé son plus récent exercice financier avec un manque à gagner de 20 000 $, et ce, sur un budget de 161 000 $.

Malgré cette grande différence, le trésorier de la FAFA, Raymond Morin, estime que l’organisme a ses finances sous contrôle. « En ayant deux employés pour une partie de l’année, nous savions que nous aurions un manque à gagner cette année, mais nous avions des fonds de côté pour cela », affirme-t-il.

Simone Demers abonde dans le même sens. « Nous avions reçu de l’argent pour réaliser notre étude et c’est pour cela que nous avions deux employés pendant une bonne partie de la dernière année », mentionne-t-elle.

Raymond Morin précise que la FAFA, même après ce déficit, a tout de même un surplus accumulé de 62 000 $. « La situation financière est tout de même bonne. Pour cette année, nous anticipons une légère baisse des revenus, mais ceux-ci seront suffisants », explique-t-il.

Stabilité
Avec tout le travail accompli au cours des deux dernières années, notamment avec l’ajout des Jeux FRANCO+ à la programmation régulière de la FAFA, l’assemblée annuelle n’a pas hésité à accorder de nouveaux mandats à plusieurs membres du conseil d’administration.

En effet, Simone Demers (présidente), Madeleine Lundrigan (vice-présidente), Huguette Schweiger (2e vice-présidente), Raymond Morin (trésorier) ont tous été réélus pour un terme de deux ans. À ces membres s’ajoutent Suzanne Slevinsky (secrétaire), Solange Bachand et Roland Soucy (conseillers) élus pour deux ans, alors que Linda Groth continue son mandat de deux ans.

Pour leur part, Gilles Bouchard (Nord-Ouest) Diane Noël (Centre) et Rose-Marie Morin (Sud) ont été nommés représentants de leur région pour une année, alors que le poste du Nord-Est reste à pourvoir.
 

Évaluer cet élément
(0 Votes)