Imprimer cette page

Fête franco-albertaine : L’environnement à l’honneur

La 29e édition de la Fête franco-albertaine s’est tenue du 6 au 8 juillet au David Thompson Resort, à Nordegg. Plus de 550 festivaliers se sont réunis pour passer quelques jours dans les montagnes avec comme préoccupation première, l’écoresponsabilité. Spectacles et activités de plein air ont animé toute cette fin de semaine. De nombreuses familles se sont donné rendez-vous comme à chaque année, à Nordegg.

Fete franco albertaine 2018

« L’écologie, c’est dans l’air du temps. Plus de 500 personnes en camping, ça laisse des traces alors c’est important qu’on fasse attention », confie Josée Thibault, directrice de la programmation artistique de la Fête franco-albertaine.

Cette année, les activités ont voulu être en lien avec la politique d’écoresponsabilité, adoptée en juin dernier par le comité d’organisation. « Nous avons gardé une thématique de la nature dans nos activités, comme la fabrication de mangeoires pour oiseaux, ainsi que la création de capteurs de rêves en coopération avec Parcs Canada », explique Amy Vachon-Chabot, coordinatrice de la Fête.

Pour Ghislain Bergeron, père de Pierre Bergeron (ayant commencé la première édition de la Fête franco-albertaine), si le thème permet de sensibiliser les gens à l’écoresponsabilité, les enfants incitent aussi, leurs parents à respecter les règles. « Mes petits enfants me disent « ne fais pas ça grand-père, on ne jette pas ça là  » ! C’est important pour eux », reconnaît-il.

Fete franco albertaine 2018 2Pierre et son fils Pascal, tous deux festivaliers depuis plusieurs années, sont tout aussi satisfaits de cette 29e édition. « C’est une façon de voir pleins d’amis, que ce soit les amis d’écoles pour mes enfants ou autres », déclare-t-il. En revanche, quelques regrets sont exprimés quant à l’exécution du thème et l’application des conseils écologiques donnés par le festival. « C’était bien qu’il y ait du recyclage, mais il n’y avait pas de compost pour les assiettes compostables », raconte Pierre. Les habitudes se font par petit pas et comme l’explique Amy Vachon-Chabot, « il suffit de le faire à chaque fois afin que ça s’implante et que les gens prennent le geste de le faire ».

Des activités participatives

Cette année, si la tendance était consacrée à la préservation de l’environnement,  les festivaliers ont pu profiter aussi d’un large éventail d’activités : séances de yoga, frisbee, randonnées, équitation ou encore football humain. Les spectacles de cabaret et les Karaokes 3D avec un groupe jouant en direct ont animé les débuts de soirées dans le paysage majestueux de Nordegg. « Les gens ne veulent pas être passifs, ils veulent bouger et discuter, être libre. On a eu de bons retours sur le cabaret, car cela a été interactif et on pense répéter ça l’année prochaine », renchérit Josée Thibault.

Fete franco albertaine 2018 3Pour les plus cinéphiles, deux films ont été aussi projetés durant la première soirée. Au total, plus d’une vingtaine d’artistes, tous franco-albertains, se sont réunis sur scène, accompagnés d’un groupe en résidence. La première partie était assurée par des jeunes artistes du Galala d’Edmonton, en passant par le groupe gagnant Sérénité de la Chicane albertaine et en finissant par la lauréate du dernier Polyfonik 2018, Renelle Ray, la scène était préparée pour accueillir «l’éco-show ». Le duo SKIDOO (Sylvain-Henri Simard et Caroline Robitaille), Paul Cournoyer, Raphäel Freynet, Daniel Gervais et bien d’autres étaient présents lors du spectacle musical de samedi soir.

Malgré certains problèmes techniques du site, les festivaliers en garde un bon souvenir. « On reviendra l’année prochaine, ça, c’est sûr. Ça vaut la peine. Surtout que l’année prochaine, ça va être les 30 ans, donc on a hâte », confie Pascal, un participant.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)