« Ensemble, une famille !» : Un rapprochement de deux communautés francophones

Du 3 au 5 juillet, le plus grand rassemblement estival francophone de l’Alberta a regroupé près de 600 festivaliers au David Thompson Resort (DTR). C’est ainsi que la 26e Fête franco-albertaine a encore eu lieu dans la région enchanteresse des montagnes rocheuses, ce qui a su en charmer plus d’un !

« Je pense que la réponse des gens était phénoménale ! Nous avons eu une belle température et les activités ont été très populaires. En fin de compte, je pense que la Fête a été un succès. » Ce sont précisément les mots prononcés par Étienne Alary, président du comité organisateur, pour décrire le déroulement de la 26e édition.

Une 26e édition qui a su créer à son tour une page dans l’histoire en accueillant, en plus d’une variété d’artistes franco-albertains, de nombreux artistes fransaskois, tels que Carmen Campagne, Shawn Jobin, Ponteix (le groupe de Mario Lepage) et Raquette à claquettes; d’où le thème choisi, « Ensemble, une famille! »  Une décision qui a été prise par le comité organisateur afin de souligner le 110e anniversaire de fondation de la Saskatchewan et de l’Alberta.


Le but de celle-ci aurait également été de réunir les deux communautés francophones, précise M. Alary : « Un des commentaires qui revenait souvent était que c’est amusant de célébrer la culture albertaine, mais que les gens aimeraient en découvrir d’autres aussi. »

« Faire revenir chaque année les mêmes artistes, ça peut devenir redondant à la longue. Alors, on s’est dit qu’en Saskatchewan il y avait des artistes fransaskois populaires, en plus d’être nos voisins. On est donc en quelque sorte une grande famille tous ensemble », renchérit-il.

Il se dit d’ailleurs satisfait de cette décision puisque cela a permis de créer de beaux échanges entre les deux communautés. « Nous sommes très satisfaits, car en créant de tels échanges, cela a permis à des artistes franco-albertains tels que Roger Dallaire d’offrir un spectacle à la Fête fransaskoise qui a lieu la semaine prochaine. »

Un évènement toujours aussi populaire
Même si près de 600 personnes ont pris part aux festivités, ce chiffre était quelque peu inférieur aux 700 personnes présentes l’an dernier. Selon M. Alary, cette baisse pourrait être expliquée par quelques
facteurs : « Étonnamment, nous étions à pleine capacité cette année même si les nombres ont diminué. Il faut toutefois se rappeler que l’an dernier on célébrait le 25e anniversaire et qu’il y avait une journée de plus et une programmation d’envergure. »

« De plus, le DTR a fait des rénovations cette année. Nous avions une avenue complète en moins ce qui représente 12 sites. Si on calcule 3 personnes par site, ceci équivaut à près de 40 personnes en moins qui peuvent se joindre à nous », indique-t-il.  

Tout de même, M. Alary mentionne que la Fête demeure un évènement incontournable pour plusieurs. «  Il y a une chose qu’il ne faut pas oublier. Avant même que nous annoncions la programmation officielle, il y avait près de 75 % du site de réservé. Les gens veulent venir chaque année pour se retrouver et faire du réseautage en français. »

Toutefois, il ajoute que la Fête accueillait plusieurs nouvelles familles : « Il y avait beaucoup de gens qui ne sont pas revenus cette année, mais agréablement plusieurs nouvelles familles se sont jointes à nous. Celles-ci ont d’ailleurs manifesté qu’elles voudraient revenir l’an prochain. »

Une particularité qui serait importante pour la vitalité de la Fête, selon Pierre Bergeron, président sortant du conseil d’administration (CA) : « J’espère que la Fête va continuer à attirer les jeunes familles. J’avais peur à un moment donné pour l’avenir de la Fête puisqu’il y a environ 5 ou 6 ans, la majorité des festivaliers étaient des baby-boomers. Heureusement que nous voyons que les jeunes familles participent davantage. »

Pour ce qui est des partenaires financiers, le site a atteint son plein potentiel. M. Alary souligne qu’il s’agit d’une réussite considérable. « Au niveau des commanditaires, nous avons été très satisfaits. On a dépassé de 200 % nos attentes à ce niveau-là ».  

Une équipe dynamique derrière le succès de la Fête
L’an dernier, Renée Levesque-Gauvreau céda sa place après 4 ans en poste à Nadine Morton. Ayant indiqué l’an dernier qu’elle était motivée à entreprendre ce nouveau défi, elle se sentait émue de voir tout ce pour quoi elle avait tant travaillé, voir enfin se réaliser : « Wow ! Je suis vraiment émue. Je pense que les gens sont satisfaits du travail que j’ai fait  la dernière année. C’est surréel pour moi, puisque nous organisons la Fête depuis plusieurs mois, donc être ici, je ne le réalise pas encore. »

Mme Morton indique d’ailleurs qu’être coordinatrice d’un tel évènement est une fierté pour elle. Elle croit qu’il faut se battre pour notre francophonie et par conséquent l’assumer. « Ça me rend fière d’être ici et de pouvoir assumer ma francophonie et assurer de léguer un héritage à mes enfants et aux futures générations. Il faut être fier de notre francophonie puisque c’est quelque chose qui nous rend uniques, surtout dans une province telle que l’Alberta. »

Elle explique également avoir été surprise par tout le travail qui est nécessaire afin de faire de la Fête un véritable succès : « Tout l’ouvrage qui est à l’arrière-plan, par exemple les demandes de financement, c’est quelque chose que je n’avais jamais fait auparavant. Lorsque tu es un festivalier, tu ne penses pas à tout ce qui se déroule dans les coulisses. »

Par ailleurs, Mme Morton tient à souligner le dévouement des bénévoles, surtout celui du comité
organisateur. « Ce sont des personnes tellement dynamiques et tellement dévouées, ils ont le cœur gros. Moi ça m’inspire à vouloir continuer et bien faire mon travail. Ça en prend des heures, et c’est des heures pendant lesquelles ces bénévoles ne sont pas avec leurs familles et qui manquent d’autres activités. Ça paraît que la francophonie est une priorité pour eux et que ça leur tient à cœur. »

Notamment, lors de la cérémonie de fermeture, un bénévole important a été reconnu. En fait, Pierre Bergeron, qui était l’un des initiateurs de la première Fête franco, a quitté ses fonctions en tant que président du CA le 10 juin dernier. Les membres du CA et du comité organisateur ont donc présenté à M. Bergeron une plaque de remerciement pour toutes ses années de dévouement à l’évènement. Il se disait ému par ce geste : « Ça me touche le cœur. C’est vraiment quelque chose que j’accepte au nom de l’équipe. J’étais chanceux d’avoir une bonne équipe. »

Il souligne ainsi qu’il continuera à s’impliquer comme toujours, mais désormais à titre de bénévole. « Je vais faire du bénévolat pendant l’évènement et probablement faire partie d’un sous-comité ici ou là ».

De retour au David Thompson Resort (DTR)
La Fête franco-albertaine sera de retour au DTR pour sa 27e édition, du 1er au 3 juillet 2016. « Nous avons commencé à faire des démarches avec le DTR dès le mois de février, car nous sommes conscients que l’an prochain la Fête aura lieu en même temps que la fête du Canada et que ça sera une longue fin de semaine. Alors, quand on a apporté l’idée sur la table le DTR était très heureux de nous accueillir à nouveau », explique Mme Morton.

Une décision prise par le CA, puisqu’aucune région ne s’est manifestée pour accueillir la Fête en 2016. « Dans la politique que nous avons au niveau du CA, une région qui aimerait accueillir la fête doit se manifester 2 ans à l’avance », indique M. Alary.

Il ajoute que le DTR est un site idéal, étant donc un choix logique : « N’ayant eu aucune manifestation pour l’édition de 2016,  le DTR demeurait un lieu enchanteur et pratiquement parfait. De plus, nous avons l’exclusivité du site, alors pourquoi ne pas revenir ? »

M. Alary invite ainsi toutes régions qui aimeraient accueillir la Fête franco-albertaine en 2017 à se manifester le plus tôt possible. « Nous sommes toujours prêts à aller en région, alors si quelqu’un veut avoir la fête en 2017 il serait le temps de se manifester. » Pour déposer une candidature, toutes les informations nécessaires se retrouvent sur le site web.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut