Quatre albertaines au Forum national des jeunes ambassadeurs 2015

 L’organisme Le français pour l’avenir organise la 12e édition du Forum national des jeunes ambassadeurs et elle se déroulera à Moncton, au Nouveau-Brunswick, du 13 au 18 août prochain. La province albertaine sera représentée par quatre ambassadrices. Rencontre avec la nouvelle génération de francophones bilingues d’Alberta.   

Chacun a son histoire personnelle concernant son lien avec le francais, et c’est ce qui a amené quatre élèves, Sonia Duchesne, Megan Hopkins, Kimberly Papp et Skylar Van Der Kooi, à représenter la province durant le forum. Pour certaines, le francais a commencé dès leur plus jeune âge. Pour Sonia Duchesne, c’est tout simplement sa langue maternelle : « Tu ne peux pas le parler n’importe où, n’importe quand, mais j’ai grandi dans une communauté francophone, même étant en minorité ». Pour d’autres, c’est le passage par l’école d’immersion française. Ce fut le cas pour Kimberly Papp, 17 ans. Elle explique : « Ce sont mes parents qui, depuis l’âge de 13 ans, m’ont mise dans un programme d’immersion. »


Pour d’autres, comme Skylar, le choix de l’immersion s’est fait dès le jardin d’enfant. Quant à Megan, seule élève ayant fait le choix du français comme seconde langue dans son école, c’est un bon moyen de pratiquer son français : « C’est la raison principale pourquoi je veux être immergée », dit-elle. C’est en neuvième année, durant un voyage au Québec, que l’envie d’apprendre le français lui est venu, même si Megan ne le parle pas encore tout à fait couramment. « Je crois qu’il y a de grands avantages à communiquer avec les gens venant des horizons différents; j’aimerais parler le français. » L’interaction dans une autre langue permet des ouvertures qu’on aurait pas autrement, et c’est justement l’intérêt de ce forum. Car le bilinguisme est un angle important pour la promotion du français comme langue certes officielle, mais au demeurant minoritaire.

Cette sélection s’est faite à travers tout le Canada selon différents critères, comme l’explique Suzanne Arranda, directrice des communications et de l’évènementiel de l’organisme Le français pour l’avenir : « Les jeunes ont envoyé un dossier de candidature, composé d’une lettre de motivation, ainsi que de deux lettres de référence... Les candidats ont été sélectionnés pour leur passion et leur engagement envers le bilinguisme, leur leadership et leur implication dans des activités en français, au sein de leurs écoles ainsi que dans leurs communautés. »

Le défi de conserver les 2 langues
Les quatre representantes sont unanimes : elles sont toutes très contentes et fières de participer aux activités, telles que le kayak. Pendant une semaine, ces quatre jeunes filles feront l’expérience d’un apprentissage, au travers d’une semaine d’ateliers afin de parfaire leur rôle d’ambassadrices bilingues. Cette année, c’est le développement de compétences telles que le leadership, la communication et l’esprit d’équipe qui seront mises en avant.

« Même si dans ma région, j’ai appris le français, ce n’était pas populaire; c’était nouveau, ça donne un nouvel aspect, explique Skylar. Je veux m’amuser avec des personnes qui ont le même amour du français. » Une autre des principales raisons pour lesquelles  apprendre le français, c’est tout simplement le rapport avec ses
racines : « C’est bon de garder les racines », souligne Kimberley Papp. En effet, son père a des origines francophones.

Les quatre jeunes filles partageront leur expérience dès leur retour par le biais d’un exposé sur l’avantage de parler au moins deux langues : le français et l’anglais.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut