Repas communautaire et concert chez l’habitant : un duo efficace

Legal

Samedi 16 mai, 57 personnes étaient présentes au dernier concert de l’année estampillé « Chemin chez nous » dans la région Centralta. Par ailleurs, aucun des six concerts de la saison n’a attiré moins de 25 spectateurs. L’explication de ce succès ? L’organisation simultanée d’un repas festif et la mise en place d’une efficace campagne de communication locale.

 

« Les gens veulent se retrouver ensemble. Avant, on jasait sur le parvis de l’église… Maintenant, il y a les écoles, mais c’est pas tout le monde qui a des enfants ! », relève Geneviève Lehoux, organisatrice bénévole des concerts Chemin chez nous 2014-2015 dans la région Centralta (Saint-Albert, Morinville, Legal). Pour aider les francophones éparpillés à se réunir, elle a décidé d’adapter la recette Chemin chez nous à sa région, avec l’aide de Chantal Fréchette.

 

Le concept de Chemin chez nous, c’est d’organiser des tournées d’artistes canadiens francophones à travers le Canada en privilégiant les concerts chez l’habitant. L’ACFA (Association canadienne-française de l’Alberta) régionale Centralta a tenté l’expérience deux années de suite, mais sans obtenir beaucoup de succès : 15 spectateurs maximum à chaque fois. « Regrouper les gens, c’était très difficile », reconnait Chantal Fréchette, membre du conseil d’administration de l’ACFA. Elle et Geneviève Lehoux (adjointe administrative de l’ACFA) ont donc pris le relai à titre bénévole pour la saison 2014-2015.

 

Pour attirer un maximum de spectateurs, l’idée a été proposée que chaque concert aille de pair avec un repas, transformant le rendez-vous en véritable fête communautaire. « Qu’est-ce que tu veux, les francophones aiment bien manger ! », rigole Geneviève. Bien que Chantal assure que le bouche-à-oreille a bien fonctionné, une petite campagne de communication locale a dû être mise en place par téléphone, courriel et Facebook. « Il faut prendre les gens par la main », sourit David Fréchette, le président de l’ACFA régionale. Il a remercié publiquement Geneviève et sa fille Chantal pour leurs efforts qui ont permis de relancer les tournées Chemin chez nous dans la région.

 

Une fin de semaine d’activités pour clôturer la saison

Depuis le début de l’année 2014-2015, six concerts chez l’habitant Chemin chez nous ont eu lieu à Saint-Albert, Morinville, Legal et environs. « On n’a jamais eu en dessous de 25 personnes », se félicite Geneviève.

 

Le 23 mai, c’était le dernier concert de la saison : pour marquer le coup, une fin de semaine d’activités a été organisée sur un terrain de la famille Fréchette, non loin de Legal. Au programme, du vendredi après-midi au dimanche midi : tournoi de cartes, soirée pyjama, billard, compétition culinaire, jeux de plein air, discussions au coin du feu…

 

Le point d’orgue de la fin de semaine restait le cochonnet à la broche dégusté sous une grande tente – où les discussions passaient de la chasse au wapiti en rut à la première lune de septembre aux souvenirs de la tornade qui avait frappé la Fête franco-albertaine en 2003 – suivi du concert de Nathalie Ladouceur dans la grange avoisinante.

 

La chanteuse country néo-écossaise d’origine québécoise était accompagnée du guitariste blues Robert Walsh, installé à Edmonton. « Nicole Brémault [de Chemin de chez nous] a mis Nathalie en contact avec moi », explique-t-il. Après avoir écouté quelques morceaux transmis par internet, il a rencontré la Néo-Écossaise : « On a joué une couple d’heures et hop ! », l’affaire était dans le sac. « Tout de suite, on a eu des affinités », confirme la chanteuse.

 

« Y’a personne qu’a des mitaines ? »

Au premier étage de la grange, le soir du 16 mai, il fait un froid de canard. « Y‘a personne qu’a des mitaines ? », demande Nathalie Ladouceur. « Ou un chapeau ? », plaisante Robert Walsh, avec ses cheveux coupés très courts. Quelqu’un lui prête un stetson de circonstance, mais sa partenaire devra se débrouiller pour jouer de la guitare mains nues… Cela dit, pas de quoi brider sa bonne humeur.

 

Il s’agit de la première visite en Alberta de Nathalie, et c‘est aussi sa première tournée Chemin chez nous. « On ne sait jamais à quoi s’attendre ! », s’enthousiasme celle qui raconte avoir joué dans une maison modeste, un manoir et un centre culturel avant d’investir la grange des Fréchette.

 

« Ce que j’aime, c’est rencontrer les gens, apprendre à les connaître », confie la Néo-Écossaise, avant de prendre en exemple les Franco-Albertains : « Ici, les communautés ont soif d’entendre de la musique francophone… Ils sont vraiment fiers de qui ils sont ! ».

 

La tournée Chemin chez nous de Nathalie Ladouceur se terminera le 24 mai à Duck Lake, en Saskatchewan. Maintenant qu’elle dispose d’une recette bien rodée, la région Centralta accueillera certainement de nouveaux artistes après l’été.

 

 

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut