La Fondation franco-albertaine relance son Programme d’aide à la jeunesse

Lors du lancement de sa campagne de bourses le 3 mars, la Fondation franco-albertaine (FFA) a annoncé que 5000 $ seront disponibles en 2015-2016 pour les organismes qui offrent des projets jeunesse. Lorsqu’il est arrivé en poste en 2010, le directeur de la FFA, Joël Lavoie, a dû mettre fin au programme d’aide à la jeunesse pour permettre le développement de fonds de dotation qui sont au nombre de 70 cette année. Entre 2003 et 2009, le Programme d’aide financière à la jeunesse avait octroyé 170 000 $ pour appuyer des activités destinées aux jeunes de moins de 18 ans.

« Ceci me touche beaucoup, témoigne M. Lavoie. Arrêter de donner au Programme d’aide à la jeunesse, ça a été une des premières décisions que j’ai dû prendre à la fondation. Avec le recul, ça a été une bonne décision puisque les fonds de dotation donnent 45 000 dollars par année, c’est déjà plus que le 25 000 du fond général qui était donné avant. »

Cinq créateurs de fonds de dotation – Éric Préville, Adèle et Paul Amyotte, Alice Dumaine, Cecile et Pierre Bergeron et Gisèle Rhéault – ont accepté d’affecter une partie des bénéfices nets de leurs fonds pour relancer le Programme d’aide à la jeunesse, à raison de 5000 $ pour des projets à réaliser avant le 30 juin 2016.


Pierre Bergeron pense qu’il est important d’augmenter le nombre d’expériences mémorables que peuvent vivre les jeunes en français. « On croit vraiment que c’est la meilleure façon de freiner l’assimilation et de leur donner la fierté de rayonner dans leur langue et leur culture », dit-il. Cécile Bergeron rajoute que « c’est notre devoir en tant que parents de leur inculquer cette fierté-là ».

25 bourses en 2015

Par ailleurs, la FFA a lancé sa campagne pour ses 25 bourses de 2015, un montant total de 45 000 $. Des bourses d’études sont offertes dans les domaines de l’éducation, de l’histoire, des affaires, de la santé et des sports. D’autres bourses visent les enseignants, les femmes chefs de famille et les organismes. Les candidats ont jusqu’au 15 mai pour se manifester.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut