Imprimer cette page

Bientôt davantage de francophones formés à la médiation familiale

Du 3 au 5 mars, l’Association des juristes d’expression française de l’Alberta (AJEFA) organisait une formation en médiation familiale à La Cité francophone d’Edmonton. Deux formatrices de l’Ontario avaient fait le déplacement.

Sept avocats et travailleurs sociaux ont été formés à la médiation familiale du 3 au 5 mars à La Cité francophone. Tous avaient déjà une certaine expérience en la matière. L’idée était de mettre à jour leurs compétences, notamment la terminologie en français, pour qu’ils puissent former des médiateurs familiaux en Alberta, dans un second temps.

La médiation familiale consiste à faire intervenir une tierce personne – le médiateur (avocat, travailleur social, personnel de la petite enfance…) – pour résoudre des conflits liés à la séparation d’un couple. Des questions de pension alimentaire ou de garde d’enfant peuvent par exemple être évoquées.

« J’ai appris de nouvelles nuances et une nouvelle approche de la médiation », explique Pierre Lamoureux, un avocat de Saint-Paul qui a répondu à l’invitation de l’Association des juristes d’expression française de l’Alberta (AJEFA). « La formation de base que j’avais reçue ne prônait pas vraiment l’utilisation de caucus (rencontre privée entre le médiateur et l’une des parties, NDLR) lorsque les parties étaient en conflit », prend pour exemple M. Lamoureux pour illustrer l’un des intérêts de cette mise à jour.


« Je travaille dans le domaine de l’accès à la justice, on fait de la vulgarisation de l’information juridique pour le public. C’est vraiment important pour moi d’offrir ce genre de services », ajoute Natalie Tymchuk, avocate à Edmonton, qui qualifie cette formation approfondie de « très belle initiative pour la communauté francophone ».

Le modèle de l’Ontario

Pour pouvoir proposer cette formation à Edmonton, l’AJEFA a fait une demande de subventions auprès de Justice Canada. L’idée est née à la suite d’une table ronde communautaire sur le droit de la famille, il y a 2-3 ans, qui a permis de prendre conscience d’une demande en matière de médiation familiale de la part de la population francophone de l’Alberta. « J’étais consciente que ça s’était développé en Ontario », explique Fernande Bergeron, la directrice générale de l’AJEFA. D’où la collaboration avec l’Association des juristes d’expression française de l’Ontario (AJEFO) qui a fait venir deux formatrices à Edmonton : Julie Guindon et Kelly Raymond.

À l’origine, les formatrices avaient conçu leur formation pour les Franco-Ontariens. « Quand on nous a mandaté pour élaborer le curriculum, c’était pour répondre au besoin criant de la communauté de l’Ontario, surtout dans l’est de la province qui est très francophone  », explique Kelly Raymond, directrice des services de la Société de l’aide à l’enfance d’Ottawa. Fin février et début mars 2013, une formation en médiation familiale a donc été donnée en Ontario. « Là c’est une version raccourcie parce qu’on forme… des formateurs ! », précise Julie Guindon. Pour Mme Raymond, offrir cette formation en Alberta montre que l’« on reconnait les besoins grandissants de la communauté francophone d’avoir accès à des médiateurs francophones ».

D’autres formations de ce type seront peut-être données dans le nord et le sud de l’Alberta, si la demande est suffisante.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)