Todd Babiak encourage les jeunes francophones et francophiles

En ouverture du 7e Forum local d’Edmonton au Campus Saint-Jean, le président de l’Alliance française Todd Babiak a livré une conférence enthousiaste sur son parcours, son rapport au français et sur l’importance d’être bilingue au Canada.

« J’avais 21 ans quand j’ai découvert que Leduc était un nom français », reconnaît honteusement Todd Babiak, en évoquant sa ville d’origine. Sa famille, qu’il qualifie aujourd’hui de « rednecks », percevait à l’époque le Canada bilingue comme un problème. Alors qu’il étudie les sciences politiques et la littérature anglaise à l’Université de l’Alberta, le jeune Todd décide de partir cinq semaines à Matane, au Québec, pour obtenir des crédits de français langue seconde.

Partant de zéro ou presque, il fait de jolis progrès, ce qui l’encourage à poursuivre ses études à Montréal, pour sa maîtrise. Sur place, à cause de son « terrible » accent lorsqu’il parle français, les Québécois francophones lui répondent en anglais... Une situation assez absurde. Finalement, la plupart de ses amis montréalais s’avèrent anglophones et, quand Todd rentre à Edmonton, ses compétences linguistiques n’ont guère progressé.


Ce n’est qu’à 27 ans qu’il se met sérieusement au français avec l’Alliance française, dont il est aujourd’hui le président. Entre temps, celui qui fut journaliste a monté une entreprise pour valoriser la réputation d’Edmonton, vécu en France et publié cinq romans.

Raconté avec beaucoup d’humour et d’humilité – voire un brin d’autoflagellation –, le parcours de Todd Babiak montre qu’il n’est jamais trop tard pour apprendre le français. Pour autant, l’écrivain encourage vivement son jeune auditoire, constitué de centaines d’écoliers francophones et francophiles, à ne pas abandonner le français pour ne pas avoir à tout recommencer plus tard. « C’est la langue de Molière, de la diplomatie, du vin et de l’amour! », s’enflamme-t-il, terminant par un ultime avertissement : « Comme je dis à mes enfants : ‘‘Si vous perdez votre français, I will be very disappointed in you’’ ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut