Après une assemblée de fondation en juin dernier, un Cercle local s’est ajouté à la grande famille de l’ACFA à la fin aout.

Il aura fallu cinq ans à Malorie Aubé pour réunir les francophones de Camrose et ses alentours. Le 25 aout dernier, l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) a accepté son groupe en tant que cercle local.

À Rond Point 2013, qui se tiendra en octobre, l’ancien président de 2004 à 2009, Jean Johnson, sera confirmé comme président de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) pour un mandat de deux ans.
    
En effet, M. Johnson est le seul candidat ayant déposé sa candidature à la présidence de l’ACFA avant la date limite qui était le 30 aout dernier à 16 h.

À moins de désistement de dernière minute, l'avis officiel du directeur de scrutin sera publié le 6 septembre prochain, des élections se dessinent dans deux territoires.

Les membres de la Grande famille de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) ont étudié divers scénarios.

Réunis à Edmonton le 24 aout dernier, les membres de la Grande famille de l’ACFA (présidences et employés des ACFA ainsi que le conseil d’administration provincial) ont regardé l’évolution du dossier du membership de l’organisme.

L’artiste multidisciplinaire Casey Edmunds fait partie des 24 leaders choisis par le gouvernement de l’Alberta pour siéger sur ce conseil.

La première ministre de l’Alberta, Alison Redford, et la ministre de la Culture, Heather Klimchuk, ont confirmé, au début du mois d’aout, le nom des 24 personnes retenues pour faire partie du Conseil de la première ministre sur la culture (Premier’s Council on Culture).

 

La Franco-Albertaine participera à ses quatrièmes Jeux de la francophonie canadienne en juillet 2014 à Gatineau.

Après avoir participé aux Jeux de la francophonie canadienne (JFC) en 2005 à Winnipeg, avoir agi comme accompagnatrice en 2008 à Edmonton et avoir occupé les fonctions d’aide à la logistique en 2011 à Sudbury, Sophie Nolette dirigera la destinée d’Équipe Alberta 2014 comme chef de mission.

Une présentation du système de classement des archives franco-albertaines sera publiée à l’internationale.

L’archiviste Claude Roberto des Archives provinciales de l’Alberta sera publiée dans Comma, la revue internationale des archives.

Sa conférence sur le système de classement des archives de la francophonie albertaine lors du congrès du Conseil international des archives en aout 2012, en Australie, a suscité beaucoup d’intérêt. Ce système se divise en plusieurs thèmes qui démontrent l’identité de la société franco-albertaine, comme l’éducation, la culture, l’économie, la religion, et plusieurs autres.

Nous sommes en 2013. Cela fait 50 ans que ces jeunes filles ont quitté l’Académie Assomption. Treize femmes n’ont pas pu se rendre à la rencontre des finissantes de 1963 le 1er juillet dernier à Edmonton, trois d’entre elles étant décédées. 
 
Implanté en 1926, le couvent de l’Assomption deviendra, quelques décennies plus tard, l’Académie Assomption, l’institution formatrice des jeunes filles franco-albertaines.

Rhéal Poirier quitte Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA) pour le Secrétariat francophone.

 

Depuis 2006, Rhéal Porier occupe le poste de directeur général à FJA, mais le 24 juillet prochain, c’est au Secrétariat francophone qu’il se rendra pour travailler. Le Prince-Édouardien d’origine est le nouvel agent de liaison communautaire pour le sud de l’Alberta pour une durée d’un an, en remplacement du congé de maternité de Kate Peters. 

Denis Tardif, qui a travaillé toute sa vie pour les Franco-Albertains, prend sa retraite

 

Denis Tardif ne se rend plus au Secrétariat francophone tous les matins, comme il l’a fait au cours des 14 dernières années. Le 28 juin 2013 était sa dernière journée en tant que directeur général à l’instance gouvernementale. En prenant sa retraite, il laisse derrière lui une carrière riche en réussites, en défis et en progrès pour la francophonie de l’Alberta.

 

Originaire à Saint-Vincent, Denis Tardif passe la majorité de sa jeunesse au Collège Saint-Jean, l’éducation en français étant limitée dans la province. Il y entre en 8e année et en ressort avec un Baccalauréat en philosophie de l’Université d’Ottawa grâce à une collaboration entre le campus et l’université de la capitale nationale offerte à l’époque.

L’année 2013-2014 promet d’être intéressante pour les ainés de la francophonie albertaine.

 

Une soixantaine de personnes ont participé à l’assemblée générale annuelle (AGA) de la Fédération des ainés franco-albertains (FAFA), le 28 mai dernier. Cette AGA, tenue à La Cité francophone, a eu lieu en marge du congrès annuel se déroulant sous le thème Notre vie en photographie.

 

Cette rencontre a permis à la présidente, Simone Demers, de revenir sur les principaux accomplissements de la dernière année. Elle a notamment parlé de l’étude Portrait des 50+ Franco-Albertains qui a été lancée en octobre dernier lors d’un colloque provincial. Un document qui « guide la création de stratégies qui permettent d’assurer le respect de vos droits », a soutenu Mme Demers.

Page 7 sur 11
Aller au haut