Les femmes sont-elles victimes d’une taxe rose ? C’est ce que plusieurs études tendent à prouver. Dépenser plus pour les mêmes produits ou services quand on est une femme serait monnaie courante dans les grandes surfaces et chez certains établissements. Et la communauté franco-albertaine n’en est pas exempte.

160203124959 pink tax 1280x720

C’est sous les thèmes de l’identité, de la mobilité et de la diversité que s’est entamée ce mercredi 4 octobre,  la première rencontre annuelle de la série Conférence et dialogue au service de l’intérêt public. Le thème Femmes et transdisciplinarité a donc été présenté à une cinquantaine de participants par les professeures, Dr. Srilata Ravi, Dr. Cindy Gaudet et Ms. Habone Osman-Hachi.

La Coalition fête ses 15 ans !

IMG 4948

L’organisme aura mis les petits plats dans les grands pour célébrer ses 15 ans.

Afin de souligner cet anniversaire, le Forum Génération’ELLES 2017 aura présenté une programmation riche et variée, consacrée notamment à l’implication des femmes en politique. Plusieurs hôtes de marque auront marqué de leur présence cette journée, notamment Kim Campbell, ancienne première ministre du Canada. Comment prendre sa place en politique ? Une question qui a fait l’objet de nombreuses discussions par le biais de la Coalition.

« On ne naît pas femme, on le devient ». Cette phrase de Simone de Beauvoir (1908-1986) porte une résonance toute particulière à l’occasion de la Journée internationale des femmes, le 8 mars dernier. Dernièrement, la Coalition des femmes de l’Alberta a lancé le site MentorAction. Une initiative qui cherche à appuyer le leadership politique des femmes francophones en Alberta. Si on ne naît pas femme, mais qu’on le devient, on ne naît pas non plus politicienne pour autant.

Simone

Hélène Guillemette n’est en poste que depuis une semaine, et déjà, les projets se bousculent à sa porte. La première directrice générale de la Coalition des femmes de l’Alberta se trouve devant un mandat imposant : représenter les causes féminines à échelle provinciale.

annie pINR

La Coalition des femmes de l’Alberta a terminé son année en beauté, le premier juillet, avec un souper-conférence portant sur le leadership en politique. Invitée dans le cadre du projet Mentoraction, la conférencière Annie McKitrick est venue discuter de son parcours et a énuméré les étapes qui l’ont amenée à devenir la politicienne qu’elle est aujourd’hui.

 

Le 7 novembre à la Cité francophone, le Centre d’accueil et d’établissement et la Coalition des femmes de l’Alberta ont réservé un moment de la Semaine nationale de l’immigration francophone aux femmes de l’Alberta.

« Le monde est porté par les femmes », a tenu à souligner la présidente de la Coalition des femmes de l’Alberta, Gioia Sallustio-Jarvis. Elle a ensuite mentionné l’importance de ses amies auxquelles elle peut se confier. « Sans elles, je ne serais pas là aujourd’hui devant vous », a-t-elle dit. Ce miniforum était donc l’occasion de réfléchir à ce en quoi consiste le bien-être de la femme, dans des circonstances de déracinement notamment, mais aussi de se retrouver et de créer des amitiés.

Après avoir fait le portrait fictif de trois types de femmes, qui ont réussi à réaliser un aspect de leur bien-être tout en constatant certaines lacunes au niveau physique ou psychologique, Jeanne Lehman a conclu en disant que « chacune de nous doit définir ce qu’est le bien-être ». Celle qui travaille au jour le jour avec des immigrants au Africa Centre, et présidente de la nouvelle association Francophonie albertaine plurielle (FRAP), donne un conseil aux femmes présentes : qu’elles prennent au moins une journée à elles pour leur permettre de souffler. « Si vous avez eu le courage de tout quitter pour venir ici, vous devriez arriver à trouver votre bien-être », finit-elle.

Aller au haut