Chaque année, des milliers de nouveaux arrivants viennent s’établir au Canada. Parmi eux, de nombreux enfants dont certains ont attendu plusieurs années, soit dans un pays en guerre, soit dans un camp de réfugiés, ou encore dans un pays de transit. Dans les semaines ou les mois qui suivent leur arrivée, les enfants prennent alors le chemin de l’école. Comment éviter l’écueil du décrochage scolaire face à un tel contraste de réalité et de culture ? Une rentrée scolaire qui se fait dans les règles ou presque.

L’ACFA provinciale a tenu une conférence de presse le 19 septembre à la Rotonde, deux jours après la réunion du conseil d’administration et de l’entrée des nouveaux membres. Une bonne partie des chefs de file était présente. Communication et transparence étaient les deux mots d’ordre de cette conférence.

Marc Arnal conference ACFA

Génies en herbe 2018, un jeu-questionnaire dédié aux élèves de 10 à 14 ans, ont eu lieu simultanément à l’école Alexandre-Taché du Conseil scolaire Centre-Nord et à l’école La Mosaïque du Conseil scolaire FrancoSud, le 3 et 4 mai. Après des mois d’études sur différents sujets d’histoire, géographie, d’actualité, de sciences et des arts inspirés de la francophonie albertaine, il était temps pour les écoles de s’affronter.

Genies en herbe 2018

La soirée organisée en collaboration avec l’ACFA de Centralta, l’école La Mission de Saint-Albert, le Conseil scolaire Centre-Nord et La Fondation franco-albertaine, le 23 novembre, à l’école La Mission a permis de rendre hommage à Carole Fréchette. L’implication personnelle de Mme Fréchette dans la communauté a permis de mettre en lumière l’importance et les besoins du rôle d’aide-élève.

Le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) a décidé de transférer l’école Sans-Frontières de Lloydminster au Conseil scolaire Centre-Nord le 2 juillet prochain. Lors de la rencontre organisée en novembre dernier, le CEF avait évoqué des problèmes financiers liés à la contribution moindre de l’Alberta pour chacun de ‘‘ses’’ élèves (par rapport à la Saskatchewan). Or plus de trois quarts des enfants de cette école viennent de l’Alberta...

« C’était un choix très difficile. On a réfléchi longtemps, on a regardé toutes les alternatives… La pire de toutes, c’était de fermer l’école aux élèves de l’Alberta », raconte André Denis, président du Conseil scolaire fransaskois (CSF, la table des élus). Ce choix, c’est le transfert de la gestion de l’école Sans-Frontières de Lloydminster au Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN), décidé vendredi 27 mars. Techniquement, l’école fermera le 2 juillet – pendant les vacances donc – et rouvrira dans la foulée, probablement dès le lendemain.

Une des raisons de ce transfert : un manque d’argent au Conseil des écoles fransaskoises (CEF, l’entité administrative). Sur les 46 élèves que compte l’école francophone, 34 viennent de l’Alberta ; or la province n’offre que 13 000 $ annuels par élève, contre 21 000 $ en Saskatchewan.

Près de 80 personnes ont répondu à l’appel du Conseil scolaire Centre-Nord (CSCN), qui a invité de nombreuses familles de Sherwood Park et des environs à assister à une rencontre d’information le 23 mars sur la possibilité d’ouvrir une école francophone dans leur communauté. Devant cette salle comble de l’hôtel de ville de Sherwood Park –composée de parents, enseignants, conseillers scolaires et directions d’école –, le directeur général du CSCN, Henri Lemire, a présenté le projet d’école.

D’emblée, il a affirmé qu’il serait possible d’ouvrir une école francophone à Sherwood Park, de la prématernelle à la 6e année, dès septembre 2015. Selon le directeur général, il y a suffisamment d’ayant-droits dans la région. Environ 150 enfants inscrits dans les écoles du CSCN vivent à Sherwood Park. Le conseil a aussi calculé, à partir de données partagées par les conseils Elk Island Public et Elk Island Catholic, que près de 450 enfants d’ayant-droits sont inscrits dans les écoles anglophones et d’immersion de la région.

Aller au haut