À la rentrée, un vent de renouveau soufflera sur la librairie. Situé au Campus Saint-Jean depuis 2015, Le Carrefour peinait à attirer la clientèle faute de visibilité. Son nouvel emplacement à l’entrée du Campus, ainsi qu’une toute nouvelle formule inédite mêlera service communautaire et apprentissage pour les étudiants.

Le Carrefour Librairie et Boutique

En dépit des bonnes nouvelles concernant le nombre d’inscriptions et la création du nouveau programme de Gestion touristique au Centre collégial de l’Alberta, le Campus Saint-Jean continue d’être aux prises avec un défi important : retenir ses étudiants pour la durée totale de leurs études post-secondaires. Selon le doyen, Pierre-Yves Mocquais, la désuétude des laboratoires de sciences ainsi que le financement inadéquat dont souffre le Campus affectent sa capacité en la matière.

PY1C’est à Bonnyville, le 8 février dernier, qu’a débuté le nouveau projet de la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA) : le Café-philo. Pour l’occasion, le doyen du Campus Saint-Jean, Pierre-Yves Mocquais, avait accepté d’animer une conférence-débat intitulée Comment la mémoire des pionniers se construit : le cas de Louis Bandet.

Devant la vingtaine de personnes réunies, M. Mocquais a commencé par expliquer, comment son intérêt pour les francophones en milieux minoritaires s’était développé. Originaire des Pays de la Loire (France), le doyen a souligné qu’avant son arrivée au Canada en 1978, il n’avait pas réalisé, d’une part, que les francophones étaient aussi nombreux dans l’ouest du pays et, d’autre part, qu’ils étaient confrontés à des défis d’autant plus grands que le Canada n’était pas, contrairement à ce qui était souvent pensé à tort, un pays bilingue.

Aller au haut