Les fêtes de fin d’année sont synonyme de joie pour la plupart des gens, mais tout le monde n’a pas les moyens de les célébrer dignement. Heureusement, de nombreux organismes à Calgary procurent de la nourriture, des vêtements, un abri ou des jouets aux personnes dans le besoin.

 

Les soupes populaires se multiplient ces temps-ci pour offrir un repas chaud aux Calgaréens démunis, et les bénévoles sont toujours les bienvenus pour y contribuer. Mais une autre option existe pour ceux qui ont du mal à joindre les deux bouts et qui souhaitent tout de même fêter Noël décemment chez eux : les paniers de nourriture. La Calgary Food Bank fournit chaque année 6 000 paniers de Noël tout au long du mois de décembre. Il contient, en plus des paniers habituels, une dinde, de la farce, des cranberries, des légumes et des fruits en boîte, du jus de fruits ou encore des pommes de terre.

Les astuces de vie, ou life hacks, foisonnent sur Internet. Sont-elles de bons moyens d’éliminer les petites nuisances ou d’augmenter sa productivité ? Ou font-elles partie du nuage d’information inutile mais divertissante ?

Les life hacks, ces bidouillages pour court-circuiter les petites nuisances de la vie et dont les sites agrégateurs de contenu sont friands, m’ont toujours fascinée. Je ne les avais jamais essayés jusqu’au jour où je me suis mise dans la tête de :
1.      franciser ce terme en se l’appropriant dans un média francophone
2.      utiliser ces trucs pour passer au travers du stress… euh je veux dire, de la MAGIE de Noël

Premier constat : s’ils vous sauvent de l’argent (et c’est encore à voir), il ne vous font pas gagner du temps. Donc si le temps vous manque d’ici le 25 décembre, je vous suggère de tourner la page. Quel plaisir cependant d’utiliser ses mains et son imagination, chose qui se fait rare en ces temps modernes.

La recherche sur les Internets fut assez circonscrite. Entre les boîtes d’œufs ou les verres en plastique pour préserver vos boules de Noël pour l’année suivante, et le cintre pour éviter les nœuds dans vos lumières de Noël, les projets manquaient un peu d’attrait esthétique.

Du train électrique, aux grands rassemblements en famille, les participants de la Fête de Noël multiculturel, à la Cité francophone le 13 décembre, nous on partagé leurs plus beaux souvenirs du temps des fêtes.

Patrick Henri

Moi mon plus beau souvenir de Noël, c’est quand j’ai passé Noël en Floride. J’avais 18 ans, c’était la première fois que j’allais en Floride avec ma famille et on a fêté Noël sous les palmiers, sous le soleil et c’était complètement différent comme expérience. Je pense qu’on avait fait une dinde quand même… On est allés à la messe de minuit et on était en short et en manches courtes et ça, c’était vraiment spécial de sortir de la messe de minuit sans manteau, sans tuque.

Agnieszka Janowska

C’est celui où je suis rentrée chez moi dans ma famille pour la première fois depuis trois ans. Il y avait énormément de personnes. En Pologne on a 12 plats pour Noël et il faut goûter à chacun un tout petit peu au moins et ensuite avant de manger on partage une sorte de galette qui représente Jésus et on se souhaite de meilleurs vœux pour toute l’année. Ensuite on mange nos douze plats.

Page 2 sur 2
Aller au haut