La mort tragique du constable Daniel Woodall le lundi 8 juin dernier a ébranlé Edmonton et la communauté albertaine au grand complet. Avec raison : la dernière fois qu’un policier s’est fait tuer en service dans la capitale albertaine, c’était il y a 25 ans. Une vague de sympathie s’en est suivie, jusqu’à l’hommage final lors de ses funérailles, le mercredi 17 juin.

Le mot-clic #EPSstrong semblait omniprésent depuis le 8 juin sur les réseaux sociaux, représentant l’épreuve que traverse le service de police d’Edmonton. Les autorités l’ont aussi utilisé pour inviter la population à montrer son soutien physiquement, en venant rendre un hommage le 14 juin, puis le 17 au défilé, suivi des funérailles de l’argent Woodall. Les Edmontoniens ont répondu à l’appel et se sont massés par centaines aux abords des rues où passait le défilé, vêtus de bleu et arborant le symbolique ruban bleu. Le transport en commun a été court-circuité pendant ce temps au centre-ville, alors que plusieurs lignes ont cessé d’opérer le temps de l’événement, ce qui n’a pas plu à certaines personnes pour qui c’était une journée ordinaire. Outre quelques haussements de ton entre usagers et chauffeurs de bus, il ne semble pas y avoir eu d’autres incidents notoires.

Aller au haut