Un petit projet qui deviendra grand

En décembre 2012, Joe Clare, propriétaire de Message Therarpy Supply Outlet au coin de la 92e Rue et de la 95e Avenue à Edmonton, avait décidé de mettre sur place une petite bibliothèque anglophone à l’extérieur de son édifice contentant des livres usagés. À l’automne 2013, il a repris la même initiative, mais en français.

Ces petites bibliothèques font partie du mouvement créé par Little Free Library, un organisme dont la mission est de promouvoir la littérature. Le but de ce mouvement, initié en 2009 au Wisconsin, est de permettre l’échange de livres usagés gratuitement à travers le monde. En janvier 2014, le nombre de petites bibliothèques est estimé entre 10 000 et 12 000.


C’est ainsi que la petite bibliothèque anglophone de M. Clare était la première à Edmonton en 2012 et la 4025 dans le monde. Un an plus tard, M. Clare décide de contribuer à la francophonie d’Edmonton en installant une petite bibliothèque à l’avant du Centre d’arts visuels de l’Alberta (CAVA).  

La directrice du CAVA, Gisèle Boutin Desjardins, explique les détails entourant la mise sur pied de la petite bibliothèque : « Avant notre Promenade de l’art, qui a eu lieu le 28 septembre dernier dans le cadre des journées de la culture, M. Clare était venu nous rencontrer et nous a mentionné qu’il voulait installer une petite bibliothèque gratuite. À la suite de notre accord, il est venu l’installer », indique Mme Boutin Desjardins.

« Au début, la petite bibliothèque s’est rapidement remplie. Mais maintenant, l’intérêt est en baisse. Seulement quelques livres semblent être nouveaux. Beaucoup de gens ne savent pas qu’elle existe », fait-elle remarquer.

Cette petite bibliothèque compte environ une cinquantaine de livres de tous les genres, il y a même des livres pour enfants. La directrice du CAVA explique l’importance d’une telle initiative : « Nous voulons mettre la communauté francophone au courant de l’existence d’une telle ressource puisque c’est assez rare de trouver des livres en français en Alberta, et ce, gratuitement. D’ailleurs, les gens ne veulent pas nécessairement garder leurs livres puisque cela prend de l’espace, alors plusieurs ne sont que légèrement usagés », affirme-t-elle.Gisèle Boutin Desjardins ajoute que de nombreuses personnes sont enthousiastes devant cette initiative étant donné que cela leur permet d’échanger leurs livres contre des livres qu’ils n’ont jamais lus.

De plus, elle mentionne qu’il est maintenant temps de venir chercher des livres puisque la bibliothèque est pleine à craquer.

Celle-ci rappelle qu’il n’y a qu’une seule règle imposée pour pouvoir utiliser la petite bibliothèque. « Chaque personne doit laisser un livre en français pour pouvoir en prendre un autre. Toutefois, si une personne ne dispose d’aucun livre en français, elle peut quand même prendre un livre, mais doit le rapporter comme s’il s’agissait d’un prêt dans une bibliothèque », conclut-elle.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut