Lever son chapeau à la francophonie albertaine

La Fondation franco-albertaine (FFA) appuie le leadeurship communautaire et soutient les philanthropes qui souhaitent avoir un impact positif sur la francophonie albertaine.

Le 21 novembre dernier, la Fondation franco-albertaine a organisé la soirée Chapeau! À la francophonie d’Edmonton, afin de faire le lancement de deux fonds de dotation. Plus de 130 personnes ont participé à cet évènement qui a eu lieu à La Cité francophone.


Le président de la Fondation, Ghislain Bergeron, explique que le but de la fondation c’est, entre autres, de donner des bourses d’études et financer des organismes culturels dans la francophonie. « Le gouvernement a tendance à diminuer l’aide par l’entremise des subventions, alors nous, on va supporter directement. »

Pour s’agencer au thème de la soirée, tous les convives devaient porter des chapeaux. De plus, la majeure partie des fonds amassés par la vente des billets était versée à la Fondation comme don. « C’est la première fois que la Fondation organise une soirée de cette envergure à Edmonton. D’ailleurs, une importante particularité de cette soirée était le fait de payer pour entrer et qu’une partie de ces frais étaient un don, » mentionne M. Bergeron.  

Plusieurs collectes de fonds ont eu lieu au courant de la soirée. Premièrement, dès leur arrivée, les gens étaient invités à placer des offres pour un encan silencieux. Tous les items étaient généreusement offerts par de nombreux commanditaires. Deuxièmement, Raymond Tremblay a animé de façon cocasse une vente aux enchères. Parmi les items, on retrouvait trois œuvres d’art gracieusement offertes par des francophones fiers de pouvoir encourager la cause.

Nouveaux fonds de dotation
Même s’il y avait le déroulement de collectes de fonds, la soirée a aussi permis le lancement de deux fonds de dotation. Le premier est consacré au Quartier francophone et a été mis sur pied par deux entrepreneurs francophones, Paul Blais de Paul Blais Realty Group et Jonathan Létourneau d’Infiniti Homes Ltd.

« On pensait que réinvestir dans les autres compagnies par le biais de la Fondation était une bonne idée. On avait mentionné au directeur général de la Fondation, Joël F. Lavoie, qu’il faudrait redonner au Quartier francophone puisqu’on fait la majorité de nos profits dans ce secteur », partage M. Létourneau.

Les deux entrepreneurs ont personnellement contribué 5000 $ chacun au Fonds du quartier francophone afin que ce dernier soit actif et commence à générer des intérêts. Paul Blais explique que « le montant de 10 000 $ était notre montant de départ. Ce montant peut
ainsi augmenter très rapidement. Notre vision, c’est d’avoir 100 000 $ dans ce fonds d’ici les cinq prochaines années. On serait très heureux. »

Le second fonds est une initiative du Comité de développement d’Edmonton de la Fondation franco-albertaine et a pour but de supporter des causes de bienfaisances touchant la francophonie d’Edmonton.

Afin de permettre la création officielle d’un fonds, il doit y avoir un premier don de 1000 $. Ce montant a été atteint alors que le don initial des membres du comité a été de 1200 $. Aussi, tous les profits de la soirée allaient directement à ce fonds de dotation.

Le porte-parole, Frank McMahon, fait part des intentions du Comité : « Notre fonds existe maintenant, mais nous devons aller chercher le 10 000 $ afin qu’il soit actif. On a déjà commencé, grâce à cette soirée, et on espère aller chercher pas loin des 10 000 $ ce soir », avance-t-il.

Au terme de la soirée, quelque 16 000 $ au total ont été recueillis par les organisateurs.

Fierté francophone
Pour terminer cette soirée en beauté, Ghislain Bergeron a mis de côté son rôle de président pour rendre hommage au chanteur franco-américain Joe Dassin avec deux musiciens; Denise Lavallée au piano et Larry Lynch à la guitare. Ces derniers ont interprété un large répertoire du défunt chanteur, ce qui a permis d’en amuser plus d’un.  

Ghislain Bergeron a partagé sa satisfaction vis-à-vis la réussite de cette soirée. « Il y a plusieurs personnes qui sont venues me voir après le spectacle pour me dire que c’était très bien. Aussi, la soirée avait un programme de deux heures et nous avons fini dans les temps. On a eu de généreux donateurs et je suis certain que personne ici ne s’est ennuyé », conclut-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut