Lever du drapeau franco-albertain : une cérémonie qui prend de l’ampleur

Cette année, ce sont 23 communautés de partout en province qui ont tenu 25 cérémonies lors de la 4e édition du lever du drapeau franco-albertain, pour la grande majorité coordonnée le matin du 2 mars 2012.

Le ciel albertain était bleu, blanc et rose pour l’occasion. La présidente de l’Association canadienne-française de l’Alberta, Dolorèse Nolette, se dit fière d’avoir participé à cette célébration haute en émotion et en symbolisme.


« Nous cherchions à créer une initiative qui toucherait les gens partout en province et nous avons choisi la symbolique du drapeau pour lancer les Rendez-vous de la Francophonie, pour son potentiel rassembleur », affirmait la présidente qui a assisté à la cérémonie à Calgary.

L’initiative encore jeune n’est pas exploitée à son plein potentiel, selon le président de l’ACFA régionale d’Edmonton, Michel Fournier. L’organisme régional est l’hôte de la cérémonie à La Cité francophone d’Edmonton. « L’idée est encore à développer, mais nous aimerions assurer une rotation de la cérémonie sur trois ans, ici, à l’Hôtel de ville et à la ville de Beaumont, pour être un peu partout sur le territoire régional », expose M. Fournier.

La ville de Beaumont a tenu cette année, la première cérémonie du lever du drapeau franco-albertain, à l’Hôtel de ville.

Une portée politique
Cette cérémonie est l’occasion pour plusieurs dignitaires et députés de réitérer leur appui envers la communauté francophone de l’Alberta et de leur adresser quelques mots dans la langue de Molière.

Le député provincial libéral d’Edmonton-Gold Bar, Hugh MacDonald, rappelait d’ailleurs le statut bilingue du Canada et soulignait qu’au siècle dernier, les transactions commerciales de la région d’Edmonton s’effectuaient en français. 

Ce dernier, bien qu’il ne parle pas français, déplore le statut unilingue de la province au sein d’un pays bilingue et s’attend à une augmentation du nombre de francophones vivant en Alberta d’ici les prochaines années. « Je souhaite pouvoir vivre assez longtemps pour voir ma province adopter des lois qui respecteraient la contribution importante des francophones, non seulement en Alberta, mais à travers le pays », affirme M. MacDonald.

La présidente de l’ACFA mentionnait l’envergure de cette cérémonie qui atteint de nouveaux sommets partout en province et souligne par le fait même, l’importance de la francophonie dans chaque communauté.

Le maire d’Edmonton, Stephen Mandel, prédisait, quant à lui, un brillant avenir à la communauté francophone en regard au nombre d’enfants, petits et grands, présent à La Cité francophone pour assister à la cérémonie et soulignait, par le fait même, la vitalité et la richesse que cette communauté apporte au sein de la capitale albertaine.

« La communauté francophone fait des efforts considérables afin de conserver son histoire, sa langue et l’intégrité de la culture canadienne-française au pays et elle fait un travail remarquable à cet égard », mentionnait-il.

Cet évènement fort en symbolisme donnait aussi le coup d’envoi aux 25e Rendez-vous de la Francophonie, qui se déroulent du 9 au 25 mars sous le thème S’enrichir pour bâtir.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut