L’avenir du CAÉ : Points de vue différents !

L’association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) a annoncé dans un communiqué le 16 novembre, qu’ Accès-Emploi sera mandaté pour faire un appel d’offres ou lettre d’intention dans le dossier du Centre d’Accueil et d’établissement (CAÉ). En parallèle, le CAÉ a élu en assemblée générale extraordinaire un tout nouveau conseil d’administration et une nouvelle présidence.

Logo CAE

Le dossier du CAÉ est loin de faire l’unanimité au sein de la communauté ! Si IRCC a décidé de couper les fonds au CAÉ, le gouvernement provincial (Labour) a amené dernièrement à la table des pourparlers le comité de gestion de transition, composé d’Accès-Emploi, du Secrétariat provincial de l’ACFA, de l’Alliance jeunesse famille de l’Alberta Society (AJFAS), du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA), de la Fédération des parents francophones de l’Alberta (FPFA), de Francophonie albertaine plurielle (FRAP), de l’Institut Guy-Lacombe de la famille (IGLF) et du Réseau en immigration francophone de l’Alberta (RIFA). « Le comité de gestion transitoire a essayé de trouver des solutions en conservant le CAÉ dès le départ », explique Nathalie Beauregard, directrice générale d’Accès Emploi.

Cependant, cette solution s’est vue rapidement rejetée par le gouvernement provincial (Labour). « La province avait perdu confiance, et la demande qu’ils avaient formulée pour la troisième année de leur financement n’était pas acceptable, ne rencontrant pas les standards pour les demandes », explique M. Marc Arnal, président de l’ACFA provinciale.  

« À ce point-ci, en regardant les compétences autour de la table des organismes qui étaient présents, on a convenu qu’ Accès Emploi ferait la demande pour Labour », précise la directrice de l’organisme. Mme Beauregard travaille depuis lors sur la rédaction d’une lettre d’intentions, « n’importe qui peut appliquer à la lettre d’intentions », précise t-elle. IRCC choisira parmi les lettres d’intentions envoyées, pour passer à la seconde étape : la soumission.  Selon Mme Beauregard, « rien n’est encore joué ».

Les dés ne sont pas encore tous lancés. La Francophonie albertaine plurielle (FRAP), ne voit pas cette solution d’un très bon œil. Son président Alphonse Ahola a décidé de se retirer du comité de gestion de crise, à l’annonce d’Accès Emploi comme organisme représentant.

« C’est une solution ne tenant pas principalement et efficacement compte des besoins spécifiques et attentes des nouveaux arrivants de diverses communautés francophones », exprime le président. Il va même plus loin, en annonçant, « le Conseil d’administration de la FRAP … a décidé que la FRAP présentera sa candidature pour offrir des services d’accueil et d’établissement dans le centre et le nord de l'Alberta ».

Du côté du CAÉ, une assemblée générale extraordinaire s’est tenue en soirée au Grand salon du Campus Saint-Jean, le lundi 26 novembre. Une quarantaine de personnes se sont présentées, afin d’élire un nouveau conseil d’administration composé de : Clementine Sawadogo, Moumouni Sawadogo, Deous Biyoulou Boyahou, Patrick Waka, Sariette Banyk Kwendja Tanda, Mary Ngembu, Esther Buhendwa et d’une nouvelle présidence le Dr Sarah Aleba MD.  Que représente la constitution de ce nouveau CA ? « C’est une nouvelle dynamique, un nouveau départ, un établissement des nouveaux rapports avec les différents partenaires », explique Béda Kaji – Ngulu, directeur général par intérim du Centre.

Rappelons que le CAÉ conservera jusqu’au 31 mars 2019, le contrôle et la responsabilité de l’organisme. De nouvelles avancées de ce dossier sont à anticiper. Affaire à suivre …

Le Mandat d’Accès Emploi en 3 axes

  1. La demande de financement à la province (Alberta Labour) qui se veut une demande à court terme pour la période de janvier à décembre 2019;
  2. Manifester son intérêt à Immigration, Réfugiés et Citoyenneté Canada (IRCC) pour offrir les services d’accueil et d’établissement durant la période d’avril 2019 à mars 2020 qui correspond à l’an 3 du financement retiré au CAÉ. Le développement de collaborations est au cœur de cette action.
  3. Répondre à l’appel de propositions d’IRCC pour le financement des services d’accueil et d’établissement d’avril 2020 à mars 2025 en développant un modèle collaboratif exemplaire pour l’offre de services dans la francophonie albertaine.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut