La Girandole : Y a-t-il un pilote dans l’avion ?

Après la démission inattendue de la direction générale en la personne de Mme Isabelle Rousseau début septembre, c’est au tour de sa présidente Nicole Hébert Royer d’annoncer son départ inopiné. Entre deux démissions, la Girandole a tenu son AGA le 20 septembre à la Cité. À quoi peut-on s’attendre en ce début de rentrée ?

Logo La Girandole

Bien que le défi soit au rendez-vous pour la troupe de danse, la vice-présidente Danielle Dentinger devenue dès lors présidente pour un mandat d’un an, ne baisse pas les bras. « Notre priorité c’est toujours les besoins de la communauté, présentement l’association est très importante afin de remplir les besoins de ces activités pour les enfants francophones », déclare-t-elle. Les activités telles que les veillées, les festivals se poursuivront rassure la nouvelle présidente. La troupe Zéphyr continuera également à donner des spectacles et représenter ainsi La Girandole.

Bilan

Lors de l’AGA du 20 septembre, environ une vingtaine de personnes ont répondu présentes au rendez-vous annuel. Deux points principaux ont été essentiellement abordés par certains membres, tels que le manque d’inscriptions auprès du public adolescent, et enfin le conflit d’horaire entre le spectacle annuel de la Girandole et la fin de semaine de la chicane albertaine. Côté financier, La Girandole a connu un léger déficit de 2, 328$ contre 20, 237$ l’année précédente. En matière de revenus autonomes, il faut noter une hausse des inscriptions concernant principalement le secteur de la petite enfance. Selon Mme Dentinger, une bonification de 25% de la subvention de Patrimoine Canada a été enregistrée, mais le CIP, subvention provinciale n’a pas été reçue contrairement aux années passées. Aucune mention n’a été faite durant l’AGA concernant l’embauche d’une nouvelle direction générale suite au départ début septembre de Mme Rousseau. « C’est dommage, nous respectons sa décision, c’est un choix qu’elle a fait. Elle a fait énormément de bonnes choses pour La Girandole », déclare Mme Dentinger. Pour sa part, Mme Rousseau n’a pas tenu à commenter les raisons de son départ.

Quel avenir pour la Girandole ?

À présent, l’accent est mis afin de pourvoir au poste de direction générale, qui sera affiché sous peu. Une tâche qui peut s’avérer ardue, puisqu’au fil des années les directions se sont succédées. Rappelons qu’en 2014, la directrice générale Corinne Brethes laissait sa place à la codirection Renelle Royet et Catherine Signoret, chargées tour à tour du volet administratif et du volet artistique. Elles démissionneront par la suite en 2015. Mme Mathilde Amouroux prendra alors le relais et partira à son tour en 2016. Isabelle Laurin et son associée Marie-Josée Dupuis Arseneault démissionneront également de la direction de Zéphyr en 2017. Faut-il y voir une loi des séries ?

Selon Mme Dentinger, « c’est un très gros rôle à remplir, c’est très complexe, c’est très difficile de trouver la bonne personne qui a les deux, la bonne expérience artistique, et l’expérience de bureau en association … des fois la personne ne trouve pas que c’est un rôle pour elle, ou des fois ils trouvent autre chose, il y a toute sorte de raisons ».  Mme Dentinger évoque, dans le cas du départ de la présidente sortante, Mme Hébert, « des raisons personnelles et familiales, cela n’a pas rapport avec la Girandole en tant que telle. Nicole est incroyable, elle a œuvré pendant longtemps pour nous ».

L’année prochaine les postes de présidence et de vice-présidence seront en élection. Mme Monique Moquin siègera cette année au poste de Vice-présidente. Cette année, les défis sont multiples, c’est pourquoi Mme Dentinger lance un appel à la communauté afin de soutenir l’association en participant activement. La prochaine réunion du CA se tiendra le 23 octobre.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut