Plongée sonore dans les recoins de l’histoire

Le 26 septembre, la Société historique francophone de l’Alberta a lancé au Café Bicyclette à Edmonton un tout nouveau projet de diffusion de podcasts historiques, intitulé La place. Disponible sur internet, le site donne accès à du contenu audio mettant en lumière l’histoire des quartiers d’Edmonton de façon conviviale, informelle et résolument moderne.

La place

La place est le premier podcast francophone indépendant de l’Ouest canadien. Fort de son slogan « Où on raconte la place sur place avec des gens de la place », le projet donne la parole à trois animateurs qui guident les auditeurs au son de leurs voix à travers les rues de la ville. Une façon informelle de faire découvrir l’histoire autour de soi.

Les podcasts sont animés par Josée Thibeault, artiste de la parole, Ronald Tremblay, artiste musical polyvalent, et Denis Perreaux, historien et directeur de la Société historique francophone. Trois voix qui donnent trois perspectives différentes dans un dialogue amical. Côté technique, Dominique Roy et Isael Huard sont aux manettes.

logo la place 1 216x300

Immersion auditive dans l’histoire

Le premier épisode de la saison porte sur le quartier de Garneau. Les trois animateurs parcourent ainsi les rues alentour et se retrouvent au Café Leva, au coin de la 86e avenue et de la 111e rue. S’ensuit une discussion détendue au sujet des origines du quartier.

C’est Laurent Garneau, un Métis né au Michigan et ayant vécu à Rivière-Rouge, qui a donné son nom à ce bout de la ville. Arrivé en 1874 à Fort Edmonton, il est très actif dans la communauté métisse, est proche de Louis Riel et soutient notamment la résistance à Batoche en Saskatchewan. Il ne respecte pas la loi martiale de l’époque qui obligeait à rester à l’intérieur du fort, ce qui lui vaudra une condamnation à mort, reconvertie en une peine de 6 mois de prison grâce au soutien de ses pairs. Enfin, la conversation mène les auditeurs près 

La deuxième partie de Garneau sera publiée le 8 octobre. Puis, un nouveau quartier sera arpenté chaque mois. Oliver, avec la 104e rue, est programmé pour novembre. McCauley, à l’est du centre-ville, avec Chinatown et le quartier italien, ainsi que Old Strathcona suivront. Évidemment, le quartier francophone de Bonnie Doon sera de la partie, cerise sur le gâteau prévue pour la fin de la première saison en mars 2019.de l’Université de l’Alberta où l’arbre de Laurent Garneau et sa femme Eleanor se tenait encore l’an dernier, un érable du Manitoba coupé après 143 ans d’existence.

L’histoire racontée façon 2.0

« On cherchait une bonne façon de diffuser au-delà de la publication de livres ou d’articles de revue », indique Denis Perreaux, directeur de la Société historique. Audiophile et curieux d’explorer de nouvelles avenues, l’idée des podcasts a surgi rapidement. « On a décidé de mettre l’emphase sur des emplacements, différents quartiers, et d’avoir différentes voix », complète le passionné.

La place 2Pour la Société historique francophone de l’Alberta, l’initiative marque l’entrée dans la modernité. « On est en train d’explorer un virage numérique. On cherche de nouvelles façons de permettre l’accès et la diffusion du patrimoine par le biais du monde numérique, que ce soit des archives ou des documents originaux ou la consommation de produits de production ». Ce podcast est donc un test pour déterminer si le mode du numérique est efficace. Le nombre de téléchargements et d’écoutes sera suivi de près. « J’espère que les gens percevront la Société historique dans une ère moderne », projette Denis Perreaux.

Pour financer l’initiative, la Société a pu compter sur le soutien d’Edmonton Heritage Council, des commandites du Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA) et du Quartier francophone. Quelques sous ont aussi été puisés dans le fonds d’opération de l’organisme. Au total, la saison 1 de La place coûtera environ 25 000 dollars.

La Société historique ne compte pas en rester là et prévoit déjà une refonte de son site web pour rendre les ressources plus accessibles et rafraîchir son image. « On voudrait aussi développer une plateforme de diffusion des livres numérisés et faire des chroniques historiques », confie-t-il, désireux de moderniser la Société.

Pour écouter les podcasts historiques de La place : www.laplacepodcast.ca

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut