Vendredi 3 novembre, le Pavillon Lacerte au Campus Saint-Jean a été le théâtre de discussions passionnantes sur le phénomène de mondialisation de la droite. Plusieurs professeurs et chercheurs sont revenus sur la montée des courants conservateurs en Europe et en Amérique du Nord, et ont expliqué les liens qui existaient avec les think tanks, ces groupes d’influence qui tirent les ficelles.

 

L’élection de Trump il y a un an n’est pas un accident pour les organisateurs de la conférence, Frédéric Boily et Julian Castro-Rea, tous deux professeurs en science politique à l’Université de l’Alberta. Pour eux, une nouvelle génération de politiciens voit le jour, utilisant les mêmes thèmes de campagne et les mêmes stratégies, et des groupes ouvertement opposés à la diversité sociale surgissent ici et là. Ces parallèles sont le résultat d’un long processus de coopération entre des groupes de droite, tels que des partis, des organisations non-gouvernementales, des fondations, et des think tanks.

IMG 6296Le Canada concerné

L’atelier était organisé conjointement par le Département de science politique et l’Institut d’études canadiennes de l’Université de l’Alberta. Pour M. Boily, la conférence est d’autant plus pertinente qu’elle a eu lieu en Alberta, où la tradition politique est plutôt penchée à droite : « La province est un excellent laboratoire pour mieux comprendre ce phénomène », relève le professeur.

Julian Castro-Rea, quant à lui, estime que l’étude de la droite ne reçoit pas assez d’attention en milieu universitaire, « car les gens trouvent ça dérangeant, désagréable ». Il faut pourtant comprendre ce qui se passe « car la droite est en train de prendre de plus en plus de place ».

Et le Canada n’est pas à l’abri. « Contrairement à ce qu’on peut penser, des tensions peuvent faire irruption sur la scène politique, notamment dans un contexte où l’afflux de migrants devient plus régulier », avertit M. Boily.

Au Canada, certaines organisations d’extrême-droite émergent, notamment au Québec, contre l’immigration et pour la défense de l’identité occidentale. L’Alberta n’est pas en reste avec l’existence de groupes suprémacistes tels que Blood and Honour. Il en existe même au sein des Forces armées canadiennes, à l’instar des Proud Boys qui se manifestent ouvertement pour un contrôle de l’immigration basé sur l’origine ethnique.

Le poids influent des think tank

Les idées préconisées par les think tank étaient dans un premier temps à vocation économique depuis les années 1970. « Ils disséminaient des idées en matière de dérégulation économique, de retrait de l’État, de néo-libéralisme », explique M. Boily.

Mais, plus récemment, ces mêmes groupes, « qui essaiment sur la toile », se concentrent désormais sur des questions identitaires, voire religieuses. « Ils se positionnent notamment contre le multiculturalisme ».

Julian Castro-Rea décrypte le fonctionnement de ces think tank : « Même si ce sont des organisations indépendantes créées par la société civile, elles expriment en règle générale les intérêts de ceux qui les financent, souvent des grandes entreprises ».

Le think tank le plus connu au Canada est l’Institut Fraser, basé à Vancouver, avec des branches à Ottawa et Calgary. « Ils mènent une campagne permanente en faveur de thèmes prisés par la droite. Leur argent provient des États-Unis et des grandes entreprises canadiennes, en particulier des compagnies minières », avance M. Castro-Rea.

Cet atelier souligne l’importance des réseaux pour la droite, mondialisés au-delà des frontières, et organisés en toiles d’araignée. « On assiste à une coordination assez poussée et efficace politiquement entre ces organisations, ce qui rend leur message encore plus puissant et leur influence sur les gouvernements et les médias encore plus pernicieuse », résume le professeur.

Un 2e volet, cette fois en anglais, se tiendra le 15 février prochain au campus anglophone de l’Université de l’Alberta, afin d’explorer d’autres aspects de la mondialisation de la droite avec des experts provenant de l’Allemagne, des États-Unis et du Mexique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut