Salons Edmonton: l’exposition qui rapproche les communautés

L’exposition Salons Edmonton, visible à la Cité francophone du 4 juillet au 20 août, explore la diversité culturelle de 7 communautés réfugiées à travers le partage des histoires de leurs membres. Alliant communication narrative, art et culture matérielle, l’exposition vise à briser les murs d’un communautarisme qui, parfois, peut isoler. Reposant sur des thèmes fédérateurs d’humanité, l’exposition fait ainsi écho à la promesse nationale d’un véritable multiculturalisme.

Initié par le Edmonton Heritage Council et le Multicultural Health Brokers Co-Op, le projet Salons Edmonton cherche à mettre en avant les défis que représentent l’immigration, tout en rassemblant ses protagonistes autour d’une initiative commune. « C’est le tout premier projet de la sorte. Jamais des communautés de réfugiés n’avaient témoigné de cette façon auparavant », exprime Azkaa Rahman, chef du projet.

salons

Une exposition thérapeutique

« Tout a commencé en 2016 avec une expérience menée avec les aînés des communautés de réfugiés à Edmonton », relate la responsable de Salons Edmonton. « On a passé plusieurs mois avec eux à explorer divers thèmes, à partager leurs histoires. Ils étaient si contents qu’ils ont voulu que l’expérience s’étende à toute leur communauté », témoigne-t-elle.

Véritable étape dans le processus de guérison, le projet a permis aux réfugiés de 7 communautés présentes à Edmonton de partager leur parcours, et leurs traumatismes. « On a souvent l’opportunité de consulter un psychologue de manière individuelle pour guérir, mais il n’y a jamais d’opportunité de soigner toute une communauté dans son ensemble », relève la responsable du projet.

Financé par le gouvernement fédéral via le Fonds Canada 150, l’exposition se veut représentative de la diversité culturelle du Canada. Ainsi retrouve-t-on, entre autres, les communautés kurde, sierra-léonaise, sud-soudanaise, iraquienne et bhoutanaise. À travers des thèmes universels d’humanité et de parcours de vie, l’exposition vise à bâtir des ponts entre les communautés. « Au lieu de vivre dans les silos de nos communautés, partageons ! », lance Azkaa Rahman.

 

Pour un vrai multiculturalisme

Si les membres des 7 communautés exposantes viennent des quatre coins du globe, « ce projet a pour but de les faire partager leurs expériences entre eux, de se rendre compte qu’ils partagent plus de similarités qu’ils n’ont de différences », souligne la responsable de Salons Edmonton. En cela, l’exposition défend la vision d’un multiculturalisme intégrateur, loin du communautarisme parfois sectaire qui existe dans certaines de nos villes.

salon

Les deux langues officielles du Canada sont aussi au rendez-vous. « C’était important d’impliquer la communauté francophone. Tout est bilingue, tous les Canadiens peuvent participer », informe la chef de projet. Daniel Cournoyer, directeur de la Cité francophone a d’ailleurs réagi positivement : « On retrouve les défis de l’immigration en français, mais aussi de façon générale », a-t-il commenté. « Le but est de commencer un dialogue avec les communautés pour parler de leur trajet », a-t-il ajouté.

L’exposition circulera à Edmonton au cours des six prochains mois et sera notamment au Muttart Conservatory, au Palais législatif, ainsi que dans plusieurs bibliothèques publiques de la ville. « L’espoir ultime est de continuer à accroître le potentiel de nos communautés à travers la communication narrative, faire émerger des chefs de file, former la jeunesse, et aider à bâtir un sentiment d’appartenance et d’identité », ponctue Azkaa Rahman.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut