L’Alberta obtient une politique de services en français !

Le 14 juin 2017, après plusieurs décennies d’attente et de revendications, la communauté francophone de l’Alberta obtient enfin une politique de services en français. Cette annonce inédite, faite à la Government House à Edmonton, permettra d’améliorer et d’étendre les services en français offerts dans la province.

Fichier 000

« Quelle annonce historique ! », s’est exclamé Albert Nolette, président par intérim de l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA). « L’annonce de cette première politique représente un engagement concret de notre province en matière de francophonie », a-t-il poursuivi, avant de remercier « la vision claire exprimée par la Première ministre Rachel Notley, le leadership du ministre Ricardo Miranda, l’appui démontré par de nombreux ministres et députés, le travail effectué par le Secrétariat francophone ». Le président de l’ACFA relève ainsi que : « Nous ne pouvons que saluer l’engagement démontré envers la francophonie albertaine ».

Bientôt, plus de services en français

M. Nolette a précisé que cette annonce s’agissait « d’une initiative qui permettra d’identifier, de développer et de mettre en œuvre des services en français tout en optimisant les capacités existantes ». En effet, grâce notamment à l’engagement du ministre responsable du Secrétariat francophone, Ricardo Miranda, la politique donnera l’opportunité de négocier au niveau fédéral afin d’agrandir les services existants et d’en établir de nouveaux, selon les besoins. « C’est pour cela que nous avons eu des consultations communautaires l’année passée avec les membres de la communauté », rappelle le ministre.

L’esprit de collaboration sera encore d’actualité puisqu’un Conseil consultatif provincial en matière de francophonie verra le jour d’ici l’été 2018. Ce Conseil visera à « aider à orienter la mise en œuvre de cette politique à cibler les priorités du gouvernement et de la communauté et à trouver des moyens innovateurs d’appliquer les principes directeurs de la politique avec les ressources disponibles », a souligné Ricardo Miranda.

Le texte présenté ce 14 juin précise que la politique de services en français se déclinera en quatre volets : reconnaissance et visibilité, vitalité et développement continus, pertinence, accessibilité et qualité comparable, et collaboration et interactions proactives. En outre, M. Miranda a fait savoir que le drapeau franco-albertain fera désormais partie de la liste des emblèmes provinciaux.

Vers une future loi ?

Si beaucoup réclament que cette politique soit suivie d’une véritable loi sur les services en français, Ricardo Miranda appelle à se réjouir d’abord de ce « point tournant entre le gouvernement de l’Alberta et les francophones ». Il évoque pour autant le fait que « la loi est toujours sur la table » mais tient à profiter du « moment spécial » que la communauté francophone peut savourer.

Pour l’ACFA, le travail n’est pas terminé malgré tout : « Aujourd’hui nous venons de franchir un pas important. Cependant, nous devons pousser l’étude de cette politique afin de déterminer comment la communauté pourra collaborer avec le gouvernement afin d’élaborer et de développer des services qui pourraient figurer dans une loi éventuelle », a déclaré Albert Nolette. Cette loi permettrait ainsi d’assurer aux « générations à venir le choix de vivre en français en Alberta ».

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut