Semaine internationale du Campus St-Jean placée sous le signe de l'ouverture

La Semaine internationale du Campus Saint-Jean s’est déroulée du 30 janvier au 5 février autour de la thématique des transitions vers un monde meilleur. Un projet rendu possible grâce à la participation des étudiants eux-mêmes, curieux d’en apprendre un peu plus sur le monde qui les entoure.

Campus Saint-Jean Edmonton 1

 « L’objectif de cette semaine était de célébrer la diversité des étudiants présents sur le campus », explique Zoë Avner, chef adjointe aux services aux étudiants. De ce point de vue, l’événement remporte son pari puisque la participation a été record au moment du lever de drapeaux qui a ouvert la semaine de festivités. « Avec les événements récents survenus aux États-Unis,  la mobilisation a été assez forte. Les gens sont venus pour délivrer un message d’union et de paix », relève Mme Avner. Pour Akram Hammami, président de l’Entraide universitaire mondiale du Canada (EUMC), en charge de l’organisation de la levée des drapeaux, la semaine a également été un succès : « les étudiants étaient fiers de représenter leurs pays respectifs, de partager leurs expériences, d’enrichir le campus et d’apprendre plus ».

Un moment d’ouverture sur le monde et les autres

Un grand nombre d’activités était disponible. Parmi elles, une exposition sur les pays, des ateliers de sensibilisation au développement durable mis en place par le club étudiant du Campus Vert, une présentation sur la situation de la femme marocaine, une prestation de danses et de musiques orientales traditionnelles réalisée par le groupe du Middle Eastern and North African Music Ensemble (MENAME), une projection du court-métrage 19 Jours retraçant l’arrivée de plusieurs familles de réfugiés pendant leurs dix-neuf premiers jours sur  le sol canadien, préparée par le groupe étudiant du Regroupement des étudiants dans les domaines de la santé (REDS), et enfin un tournoi de hockey-balle organisé par les Croissants au gymnase.

Le vendredi, la soirée interculturelle a rassemblé beaucoup de monde autour d’un dîner composé de plusieurs plats traditionnels préparés par les étudiants du campus. C’était aussi l’occasion de faire une collecte de fonds afin de permettre le parrainage d’un étudiant réfugié issu de la République démocratique du Congo.

Des retombées positives pour toute la communauté

De telles initiatives profitent à tous. Pour M. Hammami, « les étudiants domestiques ont pu par exemple bénéficier de la richesse culturelle offerte tout au long de la semaine ». D’après lui, « la communauté francophone tire un grand bénéfice de ce genre d’événements où toutes les communautés se rassemblent, francophones ou non. Ce genre de festivités rapproche les communautés entre elles autour de la francophonie, ce qui contribue à la rendre plus forte ».

Il s’agissait aussi d’aborder des sujets plus vastes qui nous concernent tous en tant qu’individus. « Nous avons voulu orienter les discussions vers la question de la transition, ou des transitions au pluriel : comment passer du conflit à la paix, évoluer des inégalités croissantes à l’égalité pour tous, ou encore avancer vers le développement durable », commente Mme Avner. « Nous croyons beaucoup aux changements par le bas. C’est en agissant au niveau local que l’on aide à construire le monde de demain », souligne-t-elle.

Le 24 mars prochain, vous pourrez participer à la fête de la Francophonie qui sera organisée par l’Association des universitaires de la Faculté Saint-Jean (AUFSJ), en collaboration avec l’EUMC et le Projet Afrique.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut