Imprimer cette page

Acad’ici : célébrer le 15 aout à Edmonton

Plus d’une soixantaine de personnes ont pu fêter à l’acadienne le 13 aout dernier, alors que se tenait dans la salle Suzanne Lamy-Thibodeau de La Cité francophone l’Acad’ici, célébration edmontonnienne de la fête nationale des Acadiens. Lors de la soirée, organisée par la Société acadienne de l’Alberta (SAA), les invités ont ri, dansé et fait disparaître 150 livres de moules.

La date de la première édition de l’Acad’ici est incertaine, « mais c’était au début des années 1990, assure le cofondateur et président du comité organisateur de la fête, Rodrigue Boudreau. Avec Ronald Tremblay et André Boudreau, nous avons fait un remue-méninge pour savoir comment on pouvait fêter l’Acadie, mais ici, à Edmonton. »


« C’est d’ailleurs d’où vient le nom de la fête, poursuit-il. L’Acadie, c’est n’importe quel endroit où se trouve un Acadien. » Depuis, au cours des années, la fête a eu lieu presque tous les ans, réunissant entre 60 et 100 personnes.

Personnellement, Rodrigue Boudreau souhaiterait qu’elle ait lieu annuellement, et ce, « aussi longtemps que la Société acadienne de l’Alberta existera. C’est la fête nationale, c’est la raison même pour laquelle une telle société existe », estime-t-il.

Des défis à relever
Si la fête a certainement été un succès aux yeux des fêtards, elle représente une perte monétaire à chaque édition pour la SAA, qui peine à rejoindre son public, contrairement au populaire souper au homard qu’elle tient au début de l’été.

Il semblerait, selon M. Boudreau, que les non-Acadiens ne se sentiraient pas concernés ou invités par la fête nationale. De plus, le maigre budget de la SAA ne leur permet pas d’afficher à grande échelle en français, ou même d’afficher en anglais, limitant la portée de l’invitation que la SAA voudrait lancer à tout le monde.

N’empêche, « parce que c’est important », Rodrigue Boudreau est convaincu que l’avenir de l’événement l’Acad’ici n’est pas en danger.

Au contraire, il avise qu’on pourra s’attendre à des surprises l’an prochain, puisque ce sera le 25e anniversaire de la Société acadienne de l’Alberta.

 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)