Le 12 octobre 1990, une œuvre murale de près de 20 mètres de long, réalisée par l’artiste francophone Sylvie Nadeau et offerte à la ville d’Edmonton par Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA), avait été dévoilée à la station de LRT Grandin, alors fraichement construite.

Le 21 mars dernier, soit un quart de siècle plus tard, avait lieu, toujours à la même station, le dévoilement d’une autre œuvre murale, ou plutôt d’une œuvre se voulant le complément, réalisée cette fois-ci par l’artiste d’origine autochtone et natif d’Edmonton Aaron Paquette, avec l’apport de Sylvie Nadeau. Les nouvelles couleurs de la station Grandin ont elles aussi été commissionnées par la FJA.

Cette initiative vise à faciliter l’obtention d’un permis de conduite de classe 7 (permis d’apprenti) pour les francophones d’Edmonton.

Une quinzaine de personnes se sont réunies à La Cité francophone, le 21 février dernier, pour participer au lancement du Programme francophone sur la sécurité routière de l’organisme Volontaires unis dans l’action au Canada, mieux connu sous son acronyme CANAVUA.

 

 

Les organisateurs de La Cité en lumières procèdent au dévoilement de la programmation de la deuxième édition de « L’Aventure du canoë volant/The Flying Canoe Adventure », les 7 et 8 février.

À la suite du succès de la première édition de cet évènement hivernal, tenu au début février 2013, La Cité francophone revient à la charge et invite les Edmontoniens à partir à la découverte de la Chasse-galerie. En parcourant les sentiers illuminés, au cœur du ravin Mill Creek, ils croiseront des canotiers égarés qui leur offriront leur histoire, une légende qui tient ses origines à la fois des traditions canadienne-française et amérindienne.

En décembre 2012, Joe Clare, propriétaire de Message Therarpy Supply Outlet au coin de la 92e Rue et de la 95e Avenue à Edmonton, avait décidé de mettre sur place une petite bibliothèque anglophone à l’extérieur de son édifice contentant des livres usagés. À l’automne 2013, il a repris la même initiative, mais en français.

Ces petites bibliothèques font partie du mouvement créé par Little Free Library, un organisme dont la mission est de promouvoir la littérature. Le but de ce mouvement, initié en 2009 au Wisconsin, est de permettre l’échange de livres usagés gratuitement à travers le monde. En janvier 2014, le nombre de petites bibliothèques est estimé entre 10 000 et 12 000.

La Fondation franco-albertaine (FFA) appuie le leadeurship communautaire et soutient les philanthropes qui souhaitent avoir un impact positif sur la francophonie albertaine.

Le 21 novembre dernier, la Fondation franco-albertaine a organisé la soirée Chapeau! À la francophonie d’Edmonton, afin de faire le lancement de deux fonds de dotation. Plus de 130 personnes ont participé à cet évènement qui a eu lieu à La Cité francophone.

Louise Lebel est bénévole au Christmas Bureau depuis six ans, un service de paniers de Noël qu’elle aurait bien aimé connaitre lors de ses premières années en Alberta.

« Quand je suis arrivée avec ma famille en 1996 nous n’avions pas d’emploi, nous avions pris la décision de partir du Québec pour nous établir ici pour faire une meilleure vie. Les temps étaient un peu plus difficiles qu’aujourd’hui et nous n’étions pas au courant de l’existence de l’association », relate Mme Lebel. Elle pense surtout à son fils, qui n’avait pas encore d’amis. La famille était loin, et les contacts humains rares.

Carly Lynch, une ancienne du Campus Saint-Jean, veut offrir un programme de sensibilisation de la faune aux écoles francophones et d’immersion.

Le programme éducatif existe déjà en anglais et a rejoint plus de 4000 élèves de 4e et 5e année annuellement, depuis sa création en 2008. Il s’agit d’un service du Wildlife Rehabilitation Society of Edmonton (WRSE), un organisme à but non lucratif qui fournit des soins aux animaux sauvages du nord de la province.

Depuis sept ans, une soirée francophone de curling se tient chaque année au Club de curling Shamrock... Le français pourrait résonner chaque semaine au cours de la saison 2013-2014.

Marc-André Roy est amateur de curling. Jouant régulièrement et participant chaque année à la Soirée de curling en français, qui est organisée conjointement entre l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale d’Edmonton et la Fédération du sport francophone de l’Alberta (FSFA), il désire créer une ligue de curling francophone.

Le Bistro La Persaud, qui avait pignon sur rue dans La Cité francophone à Edmonton, a fermé ses portes au début janvier 2013 à cause de difficultés financières.

Le restaurant, dont le menu inspiré de cuisine française avait obtenu une bonne cote chez les critiques en gastronomie, cesse ses opérations un peu plus de deux ans après son ouverture, soit en novembre 2010, et avant le terme d’un bail de trois ans.

La fermeture surprend certaines personnes qui fréquentaient l’établissement. « C’est dommage, car le restaurant avait beaucoup de potentiel. L’ambiance et la nourriture étaient bonnes », commente Renée Lévesque-Gauvreau en apprenant la nouvelle.

La température idéale pour un « Deep Freeze » à Edmonton? Quand le mercure frôle le moins 10 degrés Celsius, que le soleil brille un peu et que le vent souffle à peine. C’était le cas le 12 janvier dernier pour la journée d’ouverture de la 6e édition du festival d’hiver qui se déroulait dans le quartier Alberta Avenue.

« C’est super, la température est parfaite », se réjouissait la productrice artistique et directrice générale du festival Deep Freeze, Christy Morin.

Il y a six ans, le festival, qui s’échelonne sur deux jours, a été conçu par l’association communautaire Arts on the Ave comme une fête de quartier qui célèbre l’art et la culture du Avenue District, situé entre NAIT et Northlands à la hauteur de la 118e Avenue. « Prenant de l’ampleur chaque année, l’évènement implique maintenant 260 bénévoles et l’on s’attend à ce que près de 25 000 personnes en provenance d’Edmonton et des environs descendent sur le site », fait savoir Mme Morin.

Page 12 sur 14
Aller au haut