Eglande CoverLe 6 novembre, Éloi DeGrâce a présenté aux membres du Club des retraités d’Edmonton une courte publication à propos d’une fière Franco-Albertaine qui est décédée il y a un peu plus d’un an.

 

Le livret biographique brosse le portrait d’Églande Mercier (1918-2014) qui fut une grande bénévole dans diverses organisations de la francophonie albertaine.  Elle a notamment été active dans des organisations provinciales comme l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne et la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA).  Elle a aussi laissé sa marque avec des organisations culturelles comme les Amis du fléché et le Cercle d’artisanat canadien-français.

 

La biographie de 25 pages contient quelques photos d’Églande et des extraits de son journal personnel qui font connaître son point de vue sur bien des activités auxquelles elle a pris part.


La publication qui s’intitule tout simplement « Églande Mercier » est disponible au bureau de la FAFA, à La Cité francophone, au coût de 6$ (8$ par la poste).

Laureats Prix reconnaissanceLe samedi 7 novembre, plus de 175 invités se sont joints au Gala Saint-Jean pour célébrer à la fois les efforts de nouveaux titulaires de bourses, mais aussi pour honorer des grands ambassadeurs de la communauté. Une nouvelle formule qui a su rassembler la communauté franco-albertaine.

 

L’évènement, qui se déroulait à la Cité francophone d’Edmonton, a permis de reconnaitre les efforts académiques et communautaires des étudiants du Campus Saint-Jean, tout en célébrant les lauréats des Prix de reconnaissance Saint-Jean pour l’année 2015. Le Campus Saint-Jean a opté pour une nouvelle formule cette année, soit celle de rassembler la remise des bourses, qui se faisait habituellement en après-midi, avec le Gala Saint-Jean, qui se déroulait en soirée.

   

12202215 10153774990753885 1193596268 n 1Ce samedi 31 octobre, dans le contexte de la semaine de l’immigration Francophone, le centre d’accueil et d’établissement (CAE) d’Edmonton a organisé une journée à la Cité francophone. Cet évènement souligne la présence des derniers arrivants, arrivés de 2014 à octobre 2015.  C’est, d’après Kaji-Ngulu Béda, coordonnateur des services d’intégration de l’association CAE et organisateur, le moment qui ouvre la semaine de l’immigration francophone pour la communauté.

 

« Nous sommes une communauté francophone minoritaire et la communauté s’enrichit de nouveaux membres. Il y a un nouveau monde de l’immigration à Edmonton. Que ce soit des individus du monde ou des autres provinces du Canada », souligne monsieur Béda.

 

Plus de 400 personnes se sont inscrites à l’occasion de la journée de la diversité canadienne et plusieurs activités leur étaient proposées. Les organismes communautaires ont donc ouverts des stands, afin de favoriser un contact direct avec les nouveaux arrivants francophones. Le but étant de leur offrir des opportunités d’intégration en les informant de leurs droits et des services mis  à leur disposition.

 

Un séminaire a été organisé et, c’est sous forme d’atelier que l’histoire de la communauté francophone en Alberta et de ses enjeux a été abordée. Puis, des visites d’associations culturelles  et enfin un grand rassemblement se sont également tenus. Le maire Don Iveson s’est déplacé pour l’évènement et a glissé quelques mots à cette occasion. Cette journée s’est cloturée avec une série de spectacles de chants et de danses des différentes communautés culturelles et francophones.

 

12188473 10153774990843885 1695089446 nToutes ces activités visaient à célébrer la diversité culturelle de la communauté francophone en Alberta. « Durant la semaine, puisque l’immigration est l’affaire de tous, nous voulons célébrer notre diversité culturelle francophone et accueillir les nouveau arrivants. Nous voulons souligner leur présence et créer des liens entre les nouveaux membres de la communauté francophone d’Edmonton », nous rappelle le coordonnateur des services d’intégration de l’association.

 

D’après lui, pour qu’il y ait de la facilité dans l’intégration des nouveaux membres et pour créer un sens d’appartenance à une communauté, il faut les aider à donner le meilleur d’eux-mêmes en participant aux activités communautaires. 

 

Ce rassemblement aura encore lieu l’année prochaine pour faciliter l’accueil des prochains arrivants francophones.

 

Photos: Sarah Chériet

affiche barcella vfL’auteur-compositeur-interprète d’origine française Barcella sera en concert le 27 octobre, à la Cité francophone d’Edmonton. Le spectacle est organisé par l’Alliance française d’Edmonton et se tiendra à l’Unithéâtre.

 

 L’artiste est en tournée canadienne pour promouvoir son troisième disque intitulé  « Puzzle », qui mélange poésie et humour.

 

 « Changer le monde à coup d’idées, chanter à l’ombre de rives et patauger dans des bacs à lettres pour poteler la beauté des êtres, espérer à n’en plus sourire, essayant l’espace d’un soupir de savourer la peur du vide pour goûter au bonheur de vivre », chante Barcella dans sa chanson « Soleil ».

20150926 144232-1Le 26 septembre, la municipalité de Maskinongé accueillait la descendante directe de Marie-Anne Gaboury: madame Liliane Coutu Maisonneuve. C’est du côté de son père que madame Coutu Maisonneuve possède des raciness communes avec cette figure emblématique franco-albertaine. C’est expréssement d’Edmonton, qu’elle est venue participer à une journée de commémoration en l’honneur de son ancêtre.

 

Cette journée a été organisée par  les membres du Comité du Mémorial Louis-Riel/Marie-Anne-Gaboury.  Accompagnée de son fils, Marc Maisonneuve et de sa belle-fille Monique Royer, elle a accepté de passer quelques jours dans la vallée de la Mauricie. Conférencière de formation, Madame Coutu Maisonneuve a  bien voulu raconteur l’histoire de cette grande pionnière de l’Ouest canadien.

Derochers LouisGrande figure de la communauté francophone, Me Louis Desrochers a rendu son dernier souffle le 28 septembre. Les funérailles, qui se sont déroulées le 6 octobre, sont le moment de mettre en perspective le parcours de vie exceptionnel, et la carrière d’un homme passionné et passionnant qui a tant donné pour les autres, mais aussi pour la communauté francophone. Si la disparition récente de Me Desrochers ne lui confère pas encore le statut de légende, l’œuvre du temps abondera certainement dans ce sens. En attendant, Me Desrochers est indéniablement une source d’inspiration pour les jeunes comme les plus vieux. À nous de savoir en prendre de la graine. 

Épris de justice, c’est probablement ce leitmotiv qui a guidé Louis Desrochers durant sa carrière fulgurante d’avocat. Frank McMahon, ancien premier doyen, recteur et professeur au Campus Saint-Jean a très bien connu Louis Desrochers, ils étaient même amis.  M. McMahon témoigne ces jours-ci de la personnalité atypique de l’un des « francophones les plus influents dans la francophonie albertaine durant la deuxième partie du 20e siècle ».

Jean-Philippe Couture Pierre Bergeron Adam Ziel et Matthieu LepagePlus de 70 personnes se sont rendues au 5e Rendez-vous des philanthropes de La Fondation franco-albertaine organisé cette année en partenariat avec La Fondation Fernando-Girard en économie (FFGÉ), qui se tenait au Campus Saint-Jean, le 19 septembre.

 

Les participants venaient d’un peu partout en province, de St-Isidore à Calgary, en passant par Lethbridge, Jasper et Fort McMurray. Ils avaient tous quelque chose en commun: l’ amour pour la francophonie. Certains ont montré leur appui en donnant des bourses à des organisations ou à des étudiants en qui ils croient, d’autres ont reçu de l’argent pour leurs différents projets.

ordiSoulagée, Suzanne Corneau, directrice générale d’Accès Emploi à Edmonton expose les défis et les projets que ce renouvèlement de deux ans accordera à son organisation.

 

Après les compressions budgétaires de l’année dernière, la bonne nouvelle a posé un sourire sur les lèvres de plus d’une personne à Accès Emploi Edmonton. « Notre agent nous a dit que ce serait renouvelé au début de l’été, c’est un soulagement d’avoir un autre deux ans sans écrire une autre proposition », souligne la directrice d’Accès Emploi. En effet, l’année dernière le gouvernement provincial de l’époque, sous les progressistes-conservateurs, avait octroyé un contrat d’un an, tout en réduisant son financement. Cette décision avait alors forcé à revoir tout le fonctionnement de l’organisme. Aujourd’hui si Accès Emploi respire mieux, l’organisation se concentre pour répondre aux besoins d’une population de plus en plus changeante.   

Centre albertainProcédures en cas de séparation, divorce, garde d’enfants, pensions alimentaires. Comment s’assurer que tout soit fait en bonne et due forme? C’est ce que le centre albertain d’information juridique tentera d’élucider, mercredi midi, dans le cadre d’un atelier portant sur le droit de la famille.

 

L’atelier d’une durée d’environ une heure est gratuit et s’adresse à tous les Albertains qui souhaitent s’informer sur le sujet. L’organisme s’attend à recevoir entre 20 et 30 participants. Il a invité toutes les personnes qui ont bénéficié de ses services d’aide juridique au cours des derniers mois.

Don CMAG 2Jeudi 3 septembre, une conférence de presse s’est tenue au salon des étudiants du Campus Saint-Jean afin de présenter les grandes lignes du Congrès annuel de la francophonie albertaine. Cette année, le Francothon récidive pour la seconde fois et espère atteindre au moins les 220 000 dollars et plus. La mobilisation francophone albertaine est en marche.  

 

L’union fait la force ! C’est dans cet état d’esprit que la communauté se mobilise lors du Francothon qui aura lieu le 16 octobre prochain, au centre de conférence Shaw d’Edmonton.

 

Mis sur pied l’an dernier, en Alberta, le Francothon a été lancé il y a tout juste un an. « Depuis longtemps, on regardait nos collègues des provinces avoisinantes. Chaque année, ils organisaient un Francothon. En Alberta, on n’avait jamais pris une initiative de ce genre alors c’est une façon de contribuer financièrement à l’essor de la communauté ». 

Page 11 sur 15
Aller au haut