IMG 5734C’est au moment du marché de Noël que la troupe de comédiens La Gang du Rire a donné un avant-gout de son spectacle intitulé le « Parti du Rire pour le vrai change ».  Ce spectacle aura lieu du 18 au 19 décembre, à 20h au théâtre de la Cité à Edmonton. Un spectacle qui promet de ne laisser personne indifférent.

« C’est une tradition canadienne-française que de jouer la revue humoristique de l’année » explique la comédienne Josée Thibeault. Un exercice de style qui permet souvent de passer au vitriol les évènements marquants de l’actualité politique. « En Acadie ça existe aussi » surenchérit Patrick Henri, l’un des cinq comédiens de la troupe de théâtre.

Ce sera donc bientôt au tour de La Gang du RiRe, une troupe d’artistes très polyvalents composée de cinq humoristes Eve Marie Forcier, Josée Thibeault, Patrick Henri, Steve Jodoin et Vincent Forcier  de donner prochainement « leur » version de l’actualité 2015.

Chorale avec orchestreLe 6 décembre dernier, plus d’une centaine de spectateurs se sont rendus à l’église McDougall d’Edmonton pour assister au spectacle Veni Emmanuel de la Chorale Saint-Jean. En plus de marquer le début du temps des fêtes, l’évènement a permis de reconnaître la contribution exceptionnelle de Laurier Fagnan en tant que chef de chœur au cours des 20 dernières années.

Le concert de Noël de la Chorale Saint-Jean est une tradition annuelle qui permet de rassembler la communauté francophone et anglophone. Cette année, la pièce maîtresse du spectacle était le Magnificat composé par Pergolesi/Durante. Pour l’interpréter, les choristes étaient accompagnés d’un orchestre à corde.

Dans le cadre des spectacles pancanadiens, le festival Coup de cœur francophone a permis à la communauté francophone d’Edmonton d’accueillir  Stef Paquette et Fred Pellerin le 26 novembre dernier. Chaque année, ce festival permet d’offrir une vitrine à la création francophone et de réunir des artistes de partout au Canada.    

IMG 5637Le service de distribution de nourriture du Canadian Volunteers United in Action est plus que jamais sollicité. Cette recrudescence des demandes pour le service de la banque alimentaire dans le milieu francophone s’explique par une économie actuellement peu florissante, en Alberta.  

Les temps se font durs à Edmonton ! Chaque mercredi, Dicky Dikamba, directeur général  de Canavua,  va à la Banque alimentaire d’Edmonton (Food Bank) afin de récolter plusieurs palettes de nourriture pesant près de 300kg chacune. Comme à chaque mercredi plusieurs volontaires l’accompagne. « C’est une façon de participer à la vie de la communauté et de se sentir utile » explique Frédéric  Makarakiza arrivé dernièrement du Burundi, afin de fuir les conflits de son pays.

Lundi 16 novembre, la francophonie a répondu au rendez-vous, donné à la Cité francophone  pour soutenir la France. Le drame du vendredi 13 ne concerne pas juste le peuple français, c’est l’affaire de tous!

Eglande CoverLe 6 novembre, Éloi DeGrâce a présenté aux membres du Club des retraités d’Edmonton une courte publication à propos d’une fière Franco-Albertaine qui est décédée il y a un peu plus d’un an.

 

Le livret biographique brosse le portrait d’Églande Mercier (1918-2014) qui fut une grande bénévole dans diverses organisations de la francophonie albertaine.  Elle a notamment été active dans des organisations provinciales comme l’Alliance des femmes de la francophonie canadienne et la Fédération des aînés franco-albertains (FAFA).  Elle a aussi laissé sa marque avec des organisations culturelles comme les Amis du fléché et le Cercle d’artisanat canadien-français.

 

La biographie de 25 pages contient quelques photos d’Églande et des extraits de son journal personnel qui font connaître son point de vue sur bien des activités auxquelles elle a pris part.


La publication qui s’intitule tout simplement « Églande Mercier » est disponible au bureau de la FAFA, à La Cité francophone, au coût de 6$ (8$ par la poste).

Laureats Prix reconnaissanceLe samedi 7 novembre, plus de 175 invités se sont joints au Gala Saint-Jean pour célébrer à la fois les efforts de nouveaux titulaires de bourses, mais aussi pour honorer des grands ambassadeurs de la communauté. Une nouvelle formule qui a su rassembler la communauté franco-albertaine.

 

L’évènement, qui se déroulait à la Cité francophone d’Edmonton, a permis de reconnaitre les efforts académiques et communautaires des étudiants du Campus Saint-Jean, tout en célébrant les lauréats des Prix de reconnaissance Saint-Jean pour l’année 2015. Le Campus Saint-Jean a opté pour une nouvelle formule cette année, soit celle de rassembler la remise des bourses, qui se faisait habituellement en après-midi, avec le Gala Saint-Jean, qui se déroulait en soirée.

   

12202215 10153774990753885 1193596268 n 1Ce samedi 31 octobre, dans le contexte de la semaine de l’immigration Francophone, le centre d’accueil et d’établissement (CAE) d’Edmonton a organisé une journée à la Cité francophone. Cet évènement souligne la présence des derniers arrivants, arrivés de 2014 à octobre 2015.  C’est, d’après Kaji-Ngulu Béda, coordonnateur des services d’intégration de l’association CAE et organisateur, le moment qui ouvre la semaine de l’immigration francophone pour la communauté.

 

« Nous sommes une communauté francophone minoritaire et la communauté s’enrichit de nouveaux membres. Il y a un nouveau monde de l’immigration à Edmonton. Que ce soit des individus du monde ou des autres provinces du Canada », souligne monsieur Béda.

 

Plus de 400 personnes se sont inscrites à l’occasion de la journée de la diversité canadienne et plusieurs activités leur étaient proposées. Les organismes communautaires ont donc ouverts des stands, afin de favoriser un contact direct avec les nouveaux arrivants francophones. Le but étant de leur offrir des opportunités d’intégration en les informant de leurs droits et des services mis  à leur disposition.

 

Un séminaire a été organisé et, c’est sous forme d’atelier que l’histoire de la communauté francophone en Alberta et de ses enjeux a été abordée. Puis, des visites d’associations culturelles  et enfin un grand rassemblement se sont également tenus. Le maire Don Iveson s’est déplacé pour l’évènement et a glissé quelques mots à cette occasion. Cette journée s’est cloturée avec une série de spectacles de chants et de danses des différentes communautés culturelles et francophones.

 

12188473 10153774990843885 1695089446 nToutes ces activités visaient à célébrer la diversité culturelle de la communauté francophone en Alberta. « Durant la semaine, puisque l’immigration est l’affaire de tous, nous voulons célébrer notre diversité culturelle francophone et accueillir les nouveau arrivants. Nous voulons souligner leur présence et créer des liens entre les nouveaux membres de la communauté francophone d’Edmonton », nous rappelle le coordonnateur des services d’intégration de l’association.

 

D’après lui, pour qu’il y ait de la facilité dans l’intégration des nouveaux membres et pour créer un sens d’appartenance à une communauté, il faut les aider à donner le meilleur d’eux-mêmes en participant aux activités communautaires. 

 

Ce rassemblement aura encore lieu l’année prochaine pour faciliter l’accueil des prochains arrivants francophones.

 

Photos: Sarah Chériet

affiche barcella vfL’auteur-compositeur-interprète d’origine française Barcella sera en concert le 27 octobre, à la Cité francophone d’Edmonton. Le spectacle est organisé par l’Alliance française d’Edmonton et se tiendra à l’Unithéâtre.

 

 L’artiste est en tournée canadienne pour promouvoir son troisième disque intitulé  « Puzzle », qui mélange poésie et humour.

 

 « Changer le monde à coup d’idées, chanter à l’ombre de rives et patauger dans des bacs à lettres pour poteler la beauté des êtres, espérer à n’en plus sourire, essayant l’espace d’un soupir de savourer la peur du vide pour goûter au bonheur de vivre », chante Barcella dans sa chanson « Soleil ».

20150926 144232-1Le 26 septembre, la municipalité de Maskinongé accueillait la descendante directe de Marie-Anne Gaboury: madame Liliane Coutu Maisonneuve. C’est du côté de son père que madame Coutu Maisonneuve possède des raciness communes avec cette figure emblématique franco-albertaine. C’est expréssement d’Edmonton, qu’elle est venue participer à une journée de commémoration en l’honneur de son ancêtre.

 

Cette journée a été organisée par  les membres du Comité du Mémorial Louis-Riel/Marie-Anne-Gaboury.  Accompagnée de son fils, Marc Maisonneuve et de sa belle-fille Monique Royer, elle a accepté de passer quelques jours dans la vallée de la Mauricie. Conférencière de formation, Madame Coutu Maisonneuve a  bien voulu raconteur l’histoire de cette grande pionnière de l’Ouest canadien.

Page 10 sur 14
Aller au haut