×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 72

En dépit des bonnes nouvelles concernant le nombre d’inscriptions et la création du nouveau programme de Gestion touristique au Centre collégial de l’Alberta, le Campus Saint-Jean continue d’être aux prises avec un défi important : retenir ses étudiants pour la durée totale de leurs études post-secondaires. Selon le doyen, Pierre-Yves Mocquais, la désuétude des laboratoires de sciences ainsi que le financement inadéquat dont souffre le Campus affectent sa capacité en la matière.

La sixième édition du tournoi multiculturel de soccer, organisé par le Centre d'accueil et d’établissement (CAÉ), a rassemblé de nombreuses personnes les 3 et 4 septembre dernier sur les terrains du Campus St-Jean. Joueurs, supporteurs, mais aussi curieux ont pu apprécier cette manifestation devenue maintenant incontournable.

Hélène Guillemette n’est en poste que depuis une semaine, et déjà, les projets se bousculent à sa porte. La première directrice générale de la Coalition des femmes de l’Alberta se trouve devant un mandat imposant : représenter les causes féminines à échelle provinciale.

Les élèves de l’école francophone de Sherwood Park pourront bientôt découvrir leur nouveau bâtiment. Si la rentrée dans les nouveaux locaux a été différée, les élèves n’ont jamais été aussi prêts d’avoir enfin leur propre école.

AFE
Le jeudi 21 dernier, l’Alliance Française d’Edmonton (AFE) a organisé une soirée pétanque et feux d’artifice sur les terrains de l’école Rutherford, proche de la Cité Francophone.

blanc
Un évènement hors du commun aura lieu ce jeudi 28 juillet dans un endroit secret d’Edmonton : le Diner en blanc.

escaliers joomLa première phase d’un projet porté par la Fédération du sport francophone de l’Alberta (FSFA) pour inciter la communauté à être plus active a fait ses premiers pas, le 23 juin dernier. La cage d’escalier de la Cité francophone a été agrémentée de mots d’encouragement et les portes de l’ascenseur invitent gentiment le visiteur à utiliser ses mollets et ses quadriceps pour se rendre aux étages supérieurs.

IMG 1965Un groupe d’entrepreneurs est à pied d’œuvre pour tenter d’acheter et de restaurer le Canada Permanent Building, un édifice historique d’une grande valeur patrimoniale, mais laissé à l’abandon depuis que le Japanese Village Restaurant, qui l’occupait depuis 40 ans, a fermé ses portes en 2012. S’il voit le jour, le French Square deviendrait un véritable temple de la gastronomie française.

C’est en se promenant dans les rues de la ville pour s’imprégner de son ambiance que Myriam Melsan Touré a eu un véritable coup de cœur pour l’édifice construit en 1910. Celle-ci venait d’emménager à Edmonton avec sa famille. « Ce bâtiment me rappelle les bâtiments edwardiens que l’on retrouve à Paris, d’où je suis originaire », commence-t-elle, en citant les différents aspects architecturaux baroques de l’édifice de trois étages. Pour elle, il s’agit d’un vrai joyau. « Le bâtiment en lui-même est magnifique, grandiose, avec plafonds hauts, moulures d’origine, céramiques. »

Concept unique
Le projet comporte son lot de modifications majeures pour le bâtiment. « Il y aurait un consortium de magasins, où l’on proposerait différents types de produits dans un même lieu », explique-t-elle. À ce chapitre, l’offre proposée fait saliver. En plus d’une boulangerie et d’une pâtisserie, les visiteurs pourraient se prélasser dans un salon de thé et acheter des produits fins, y compris du vin, venants de toutes les régions de France. « Au troisième étage, un restaurant parisien mettrait à l’honneur les classiques de la gastronomie française », complète Myriam Melsan Touré.

Par ailleurs, le groupe a fait ses devoirs pour s’assurer d’une rénovation dans les règles de l’art, en faisant appel aux services des architectes David Murray et Alan Parthridge, qui ont travaillé ensemble pour remettre à neuf le World Trade Center d’Edmonton et le Union Bank d’Edmonton. Un groupe d’architecte de Vancouver spécialisé dans la restauration de bâtiments anciens est également engagé dans le processus.

Se faire connaitre grâce à Kickstarter
Myriam Melsan Touré et son groupe ont choisi de se tourner vers la plateforme de socio financement Kickstarter pour amasser des fonds pour le projet de restauration. Objectif : 100 000 $. Or, cette stratégie sert aussi à sensibiliser la population à la cause des bâtiments anciens. « Il est évident que 100 000 $ ne seront pas suffisants pour rénover l’édifice. Des investisseurs privés nous épaulent. Or, toute personne qui implique des deniers dans un projet est automatiquement intéressé par celui-ci, même si ce n’est que 20 $ », argue-t-elle.

Cette dernière espère que les gens prennent conscience que les bâtiments historiques sont précieux pour toute ville. « Nous devons les protéger, il y a devoir de mémoire », juge-t-elle. Les prochaines étapes avant la mise en chantier du projet sont simples, mais tout n’est pas gagné d’avance. « Il nous faut finaliser les accords avec les propriétaires du bâtiment. Les études de faisabilité avec les architectes prendront place pendant environ 8 semaines, et par la suite, les travaux dureront plus de 10 mois », partage la principale intéressée. À suivre.

Zacharie BiolloDans le cadre de la 19e édition du Galala d’Edmonton présenté par le Centre de développement musical (CDM), 40 jeunes artistes ont performé sur la scène du Royal Alberta Museum. Près de 200 personnes se sont déplacées pour ce spectacle jeunesse qui s’étalait sur deux soirs, soit le 12 et 13 mars. En tout, 33 numéros ont été présentés.  

Comme à chaque édition, les spectateurs du Galala d’Edmonton ont droit à une nouvelle thématique. Cette année, l’équipe de mise en scène et de direction artistique, composée de Marie-Josée Ouimet et d’Émilie Duchesne, a choisi « Dans mon salon! »Ce thème avait notamment pour but de créer une intimité que l’on ne retrouve pas dans les grosses productions.

IMG 1632Comme le veut la tradition c’est à L’Assemblé législative que plusieurs dizaines de francophones se sont rassemblées le 2 mars pour la levée du drapeau à Edmonton. À cette occasion, les députés de l’Assemblée et les chefs de file de la communauté ont tour à tour animé puis assisté à cette cérémonie. Un moment de recueillement pour célébrer 200 ans d’histoire !

« Ça représente l’espoir et tous les efforts de la communauté francophone en Alberta », souligne L’honorable Ricardo Miranda, député et ministre de la Culture et du Tourisme.

Page 9 sur 14
Aller au haut