Originaire de Fredericton au Nouveau-Brunswick, et établie en Alberta depuis août 2015, Mélissa LaRose est une mère de famille très active. Impliquée dans l’école Boréal à Fort McMurray, elle transmet sa passion du sport aux jeunes et porte un message fort : ne jamais se décourager face aux obstacles de la vie.

Melissa LaRose

DessinLa Société de la petite enfance et de la famille du sud de l’Alberta (SPEFSA) tient une journée portes ouvertes le 12 septembre pour faire connaître ses ateliers pour les enfants, les adolescents et les mamans. Cette année, l’organisme offre près de dix ateliers les soirs de semaine et la fin de semaine, allant de l’art dramatique à l’activité physique.

Mercredi 1er avril, le premier cours printanier de « yoga bébé » proposé par l’Institut Guy-Lacombe s’est tenu à La Cité francophone. Cinq jeunes mamans y ont participé.

Studio de La Girandole, 13h. Cinq jeunes femmes s’installent en demi-cercle sur des tapis de sol autour de Charlotte Le Mellédo, la professeure de yoga. Particularité du cours ? Cinq bébés accompagnent leurs mamans.

Certaines se connaissent déjà, mais toutes se présentent en précisant, à la demande de la prof, si elles ont accouché par voie basse ou par césarienne. En effet, Charlotte conseille d’attendre 4 à 6 semaines dans le premier cas, 12 dans le second, avant de (re)faire du yoga, pour des questions de cicatrisation. Eva Lemaire, mère du petit Matteo, a accouché il y a seulement 5 semaines. « Attention à l’ouverture des hanches », prévient Charlotte, encourageant la jeune mère à « ne pas aller trop loin dans les étirements ».

Après quelques anecdotes personnelles permettant de détendre l’atmosphère, les participantes peuvent commencer les exercices, en suivant les indications de la professeure qui donne ce cours depuis septembre 2014 et enseigne le yoga depuis trois ans.

Audrey Duval, skieuse depuis l’enfance, s’est découvert en Alberta une véritable passion pour le vélo de montagne et le yoga, et a décidé d’en faire son métier. Retour sur le parcours étonnant d’une jeune femme pleine de ressources.

 

Originaire du Québec, Audrey Duval s’est installée en Alberta il y a plusieurs années pour entreprendre des études dans l’immobilier et apprendre l’anglais. Mais le choix de cette province parmi d’autres tenait également à un argument de poids : la proximité des montagnes. « Je pratique le ski depuis l’âge de 3 ans et dès mon arrivée à Canmore j’ai eu l’occasion de l'enseigner régulièrement » raconte-t-elle.

 

Un été, alors qu’elle travaille dans un magasin de vélo pour financer ses études, elle monte pour la première fois sur un vélo de montagne. C’est une révélation pour la jeune femme. « Je suis tombée en amour avec mon vélo de montagne et je me suis débarrassée de mon vélo de route ! » s’amuse Audrey Duval. Sans penser alors qu’elle en fera son métier, elle profite de vivre dans les Rocheuses pour s’adonner à sa nouvelle passion aussi souvent que possible.

Aller au haut