Les Guinéens de l’Alberta ont célébré samedi 6 octobre à Calgary, le 60e anniversaire de l’indépendance de la Guinée. Grâce notamment à une collaboration réussie entre l’association des Guinéens de Calgary et celle d’Edmonton. Tous se sont retrouvés autour d’une soirée récréative où discours, danses, défilés, musiques et repas traditionnels étaient au programme.

guinee5

La Guinée fête ses 58 années d'indépendance ! Pour la 7e fois, l'Association guinéenne de Calgary (AGC) a organisé une soirée culturelle afin de souligner l'événement. Elle s'est déroulée au Community Association Hall, le 8 octobre dernier, laissant place à quelques nouveautés.

CORASamedi 10 Octobre, l'Association des Guinéens de Calgary (AGC) a célébré en grande pompe le Cinquante-septième anniversaire de l'indépendance de la République de Guinée. Djembés, chants, danses ont largement contribué au succès de la fête. Certains artistes guinéens présents pour l’occasion ont mis le feu aux poudres. Ambiance assurée pour toute la communauté africaine afin de fêter un moment phare pour la Guinée.  

 

Les réjouissances se sont tenues au centre communautaire de Winston Heights Mountview ou plus de deux cents membres de la communauté africaine, familles et partisans se sont rassemblés. Les activités de la soirée ont inclus des performances musicales, une exposition d'art et un repas traditionnel Guinéen. L'évènement a remporté un franc succès auprès de la communauté non seulement Guinéenne, mais également de la communauté Ouest africaine et francophone, toutes bien présentes à Calgary pour l’occasion.

Alors que l’épidémie à virus Ebola peine à être endiguée en Afrique de l’Ouest (près de 5 000 morts), les Guinéens de l’Alberta se font du souci pour leurs proches restés au pays, qui ne réalisent pas toujours la gravité de la situation.

Selon le bilan de l’Organisation mondiale de la santé daté du 25 octobre, la maladie hémorragique Ebola a provoqué la mort de 4 922 personnes. L’immense majorité des victimes habitaient au Libéria (2 705 morts), en Sierra Leone (1 281 morts) ou en Guinée francophone (926 morts), d’où est partie l’épidémie le 26 décembre 2013.

« Un ami avec qui j’avais étudié au collège travaillait pour la Croix Rouge locale. Il est mort », raconte Cherif Diallo (à gauche sur la photo), le président de la Communauté guinéenne d’Edmonton (EGC). « Moi j’ai un beau-frère qui était médecin, un spécialiste des maladies infectieuses, ajoute Vic Camara (à droite sur la photo), le responsable de la communication au sein de l’EGC. Il était parti à l’intérieur du pays, à Pita exactement, pour lutter contre l’Ebola. Il y a deux semaines, il a été contaminé par une patiente et trois jours après il est décédé. »

Aller au haut