La communauté de Calgary a célébré l’inauguration d’une première cabane à sucre dans l’Ouest canadien il y a près d’un mois. Grâce à une collaboration entre le Heritage Park et l’ACFA régionale de Calgary, les Albertains peuvent désormais se « sucrer le bec » dans une installation permanente à l’image de la francophonie.

Le pavillon francophone rassemble toujours plus de monde au GlobalFest de Calgary. Situé au sein du parc Elliston, organisé du 15 au 26 août, le festival met à l’honneur la diversité culturelle de la ville. C’est donc l’occasion pour les Franco-Albertains de se montrer et de souligner au reste du monde le dynamisme et la mixité présents dans la communauté.

Le premier long métrage de Roger Parent, ancien professeur du Campus Saint-Jean, s’est distingué en remportant le Coup de cœur/Prix spécial du jury lors du festival international de cinéma Vues d’Afrique 2017, qui s’est déroulé à Montréal à la fin du mois d’avril. Cette récompense vient honorer ce film-documentaire qui évoque la dure réalité de l’intégration des réfugiés africains francophones.

La 5e édition du festival du Canoë Volant s’est tenue les vendredi 3 et samedi 4 février. L’événement confirme son succès croissant d’année en année. Une parenthèse dans l’hiver qui anime les Edmontoniens et donne vie aux contes et légendes.

IMG 8444

La sixième édition du festival du Canoë Volant bat son plein à la Cité Francophone. Les ateliers scolaires, qui ont démarré début janvier jusqu’au 31, ont alimenté la curiosité des enfants avec lumières, musiques, danses et légendes.

Sheehy George Belliveau gb1

Un rassemblement multiculturel haut en couleurs qui célèbre les joies de l’hiver. La 10e saison du festival Deep Freeze a animé ce samedi et dimanche le quartier Avenue Alberta, le long de la 118e avenue, entre les 90e et 94e rues.

2014 DeepFreeze6423

fest
Northwestfest arrive à Edmonton du 5 au 14 mai. En 2016, il demeure le plus important festival de films documentaires dans l’Ouest canadien. Véritable fenêtre ouverte sur le monde d’aujourd’hui, cette production généreuse et internationale dépeint des réalités toutes très différentes, avec comme toile de fond l’être humain et ses réalités.


La Cité francophone tient plus que jamais son rôle de pôle culturel dans le cadre du 34e Fringe Festival.  Véritable satellite du quartier francophone, la Cité a vu l’engouement des festivaliers littéralement décoller en l’espace d’une année pour ce que les gens nomment à présent : le Fringe du quartier francophone. Coup de projecteur sur l’un des festivals coup de cœur d’Edmonton !

 

Un diamant dans un écrin ! « Cela fait presque 3 ans que la Cité est reconnue comme satellite officiel » déclare son directeur, Daniel Cournoyer. Au fil du temps, l’un des plus gros festivals a su prendre sa place dans le quartier francophone; et il ne pouvait pas mieux choisir que le quartier de Bonnie Doon en matière de diffusion culturelle.

Pourquoi  ? Tout simplement parce que ce quartier a une histoire, celle d’une francophonie dont l’emplacement constitue à la clé de voute de son rayonnement.

« Quand on parle du Canoë volant, on parle de ce beau bateau et l’idée c’est qu’on embarque ensemble. On flotte, on voyage le ciel ensemble, on atterrit dans le ravin et on partage nos richesses culturelles avec la grande communauté d’Edmonton qui est anglophone. »

C’est de cette manière que le directeur de La Cité francophone et organisateur de l’Aventure du Canoë volant, Daniel Cournoyer, décrit l’événement qui depuis trois ans investit le quartier Bonnie Doon au mois de février. Le 6 et 7 février au soir, plus de 12 000 personnes se sont promenés de La Cité francophone au ravin Mill Creek pour profiter de tous les spectacles, activités et installations offerts.

Le festival s’inspire de la légende franco-canadienne de Galerie, ce chasseur condamné à errer dans le ciel à tout jamais pour avoir préféré la chasse à la messe. Mais c’est une fusion de cette légende avec celle des canoës volants des Premières Nations qui donne son âme à l’évènement. « En s’inspirant des deux légendes, à ma grande surprise, on est en train de tisser des liens, relate Daniel Cournoyer. La première année, c’était vraiment que nous, les francophones, qui partagions notre culture avec le grand Edmonton. L’année d’après, on a embarqué avec Native Counselling Services of Alberta (NCSA). »

Seulement deux ans après sa première édition, l’Aventure du canoë volant, événement produit par La Cité francophone, prend une ampleur inespérée.

« En 24h, on est devenus producteurs de la Mill Creek Adventure Walk, à travers la commission d’Edmonton Arts Council. J’ai eu l’approbation du financement en octobre, pour un événement qui devait avoir lieu la première semaine de février », raconte le directeur de La Cité francophone, Daniel Cournoyer. La Winter Light Society ayant en effet cessé toutes ses activités en 2012 − du jour au lendemain −, La Cité est passée de partenaire à producteur dans le temps de le dire.

Deux ans plus tard, avec déjà un succès non négligeable l’année dernière alors que 5000  personnes se sont déplacées pour venir s’amuser à -25°C dans le ravin Mill Creek et dans les parages de La Cité (rebaptisée Cité en lumières pour l’occasion), l’Aventure du canoë volant est un incontournable de l’hiver edmontonien et un événement bénéficiant d’un budget de 170 000 $ en 2015.

Incontournable, en particulier pour les organisateurs du festival Winter Cities Shake-Up qui aura lieu à Edmonton du 28 au 30 janvier prochain. Ceux-ci auraient même espéré pouvoir déplacer l’Aventure du canoë volant pour qu’elle coïncide avec leurs dates. Daniel Cournoyer leur a plutôt proposé de servir à leurs centaines de délégués un échantillon de l’expérience : les participant de la conférence auront droit à un mini canoë volant le soir du 28 janvier. C’est la seule activité spéciale à l’horaire, en dehors des conférences.

Page 1 sur 2
Aller au haut