Ancien élève de l’école Maurice-Lavallée et du Campus Saint-Jean, Yves Poitras flirte maintenant avec les plus grands de l’architecture, lui qui a gagné en 2015 le Prix de Rome en architecture, remis par le Conseil des arts du Canada, et accompagné d’une bourse de 34 000$. Entretien avec un p’tit gars de chez nous!

Le 1er juillet dernier, le Studio Bell, maison du Centre national de musique (CNM) et première institution culturelle nationale qui célèbre la musique canadienne, a officiellement ouvert ses portes, à Calgary. Outre son architecture impressionnante, le Centre se définit comme étant un catalyseur national de la découverte, de l'innovation et du renouveau de la musique canadienne.

IMG 1965Un groupe d’entrepreneurs est à pied d’œuvre pour tenter d’acheter et de restaurer le Canada Permanent Building, un édifice historique d’une grande valeur patrimoniale, mais laissé à l’abandon depuis que le Japanese Village Restaurant, qui l’occupait depuis 40 ans, a fermé ses portes en 2012. S’il voit le jour, le French Square deviendrait un véritable temple de la gastronomie française.

C’est en se promenant dans les rues de la ville pour s’imprégner de son ambiance que Myriam Melsan Touré a eu un véritable coup de cœur pour l’édifice construit en 1910. Celle-ci venait d’emménager à Edmonton avec sa famille. « Ce bâtiment me rappelle les bâtiments edwardiens que l’on retrouve à Paris, d’où je suis originaire », commence-t-elle, en citant les différents aspects architecturaux baroques de l’édifice de trois étages. Pour elle, il s’agit d’un vrai joyau. « Le bâtiment en lui-même est magnifique, grandiose, avec plafonds hauts, moulures d’origine, céramiques. »

Concept unique
Le projet comporte son lot de modifications majeures pour le bâtiment. « Il y aurait un consortium de magasins, où l’on proposerait différents types de produits dans un même lieu », explique-t-elle. À ce chapitre, l’offre proposée fait saliver. En plus d’une boulangerie et d’une pâtisserie, les visiteurs pourraient se prélasser dans un salon de thé et acheter des produits fins, y compris du vin, venants de toutes les régions de France. « Au troisième étage, un restaurant parisien mettrait à l’honneur les classiques de la gastronomie française », complète Myriam Melsan Touré.

Par ailleurs, le groupe a fait ses devoirs pour s’assurer d’une rénovation dans les règles de l’art, en faisant appel aux services des architectes David Murray et Alan Parthridge, qui ont travaillé ensemble pour remettre à neuf le World Trade Center d’Edmonton et le Union Bank d’Edmonton. Un groupe d’architecte de Vancouver spécialisé dans la restauration de bâtiments anciens est également engagé dans le processus.

Se faire connaitre grâce à Kickstarter
Myriam Melsan Touré et son groupe ont choisi de se tourner vers la plateforme de socio financement Kickstarter pour amasser des fonds pour le projet de restauration. Objectif : 100 000 $. Or, cette stratégie sert aussi à sensibiliser la population à la cause des bâtiments anciens. « Il est évident que 100 000 $ ne seront pas suffisants pour rénover l’édifice. Des investisseurs privés nous épaulent. Or, toute personne qui implique des deniers dans un projet est automatiquement intéressé par celui-ci, même si ce n’est que 20 $ », argue-t-elle.

Cette dernière espère que les gens prennent conscience que les bâtiments historiques sont précieux pour toute ville. « Nous devons les protéger, il y a devoir de mémoire », juge-t-elle. Les prochaines étapes avant la mise en chantier du projet sont simples, mais tout n’est pas gagné d’avance. « Il nous faut finaliser les accords avec les propriétaires du bâtiment. Les études de faisabilité avec les architectes prendront place pendant environ 8 semaines, et par la suite, les travaux dureront plus de 10 mois », partage la principale intéressée. À suivre.

Aller au haut