Imprimer cette page

Nouvelle école francophone à Scenic Acres : des avis partagés

Mardi 23 septembre au soir était organisée une rencontre portes ouvertes au sujet de la construction de la future école francophone à Scenic Acres sur l’emplacement actuel du parc du même nom. Ce projet divise depuis déjà plusieurs mois, avec d’un côté le Conseil scolaire FrancoSud et de l’autre les résidents du quartier et le comité Save Our Park.

 

« L’école que nous avons dans le Nord-Ouest attire beaucoup de jeunes. Nous avons encore eu 15 % d’augmentation cette année », soutient la présidente du Conseil FrancoSud, Anne-Marie Boucher. Elle réitère la nécessité de construire une école sur cet emplacement : « Nous avons choisi ce terrain parce qu’il nous appartient et que sa localisation est vraiment idéale. Il y a de grands boulevards qui nous permettent d’amener nos jeunes depuis toute la région du Nord-Ouest. »

 

Jim Palmer, du mouvement Save Our Park – un groupe de résidents qui s’opposent à la construction de l’école sur leur parc récréatif - n’est cependant pas convaincu par ces arguments. « Le site n’est pas bien situé. Il en existe avec de meilleurs accès aux grands axes routiers et moins d’intrusion dans les zones résidentielles. La décision a été prise sans consultation et quand nous avons essayé d’exposer un avis objectif, il a été écarté en raison des échéances de septembre 2016. Nous demandons depuis plus de sept mois pourquoi Scenic Acres a été choisi, et personne ne peut nous donner une raison rationnelle. »

 

Scenic Acres Park

 

D’après le comité Save Our Park, la future école occuperait une grande partie du lieu. « Ils parlent de 20 % mais regardez le parc, il y a des pentes, des sentiers et une forêt urbaine compris dans les limites de la propriété. En réalité, le pourcentage d'espace occupé sur les terres utilisables est beaucoup plus élevé que 20 %. Cet espace est utilisé par les joueurs de soccer depuis 30 ans et c’est l'une des installations sportives les plus fréquentées à Calgary », fait remarquer M. Palmer.

 

Pour Anne-Marie Boucher, le Conseil scolaire a tout fait pour minimiser l’impact de l’école sur le parc et les plans dévoilés lors de la soirée portes ouvertes le montrent. « Beaucoup de terrains verts et d’aires récréatives demeurent, et les gens pourront même utiliser le gymnase de l’école. Le parc est assez grand pour être partagé entre une école et des terrains de loisirs ».

 

Anne-Marie Boucher (à gauche) discute avec des résidents du quartier

 

La future école de Scenic Acres devrait voir le jour à la rentrée 2016 et accueillir plus de 400 élèves.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)