L’histoire francophone descend dans les rues de Rouleauville

Le Théâtre à Pic présente son nouveau programme de visites pédestres animées du quartier historique de Calgary.

Cette activité était offerte à l’occasion du Stampede de Calgary. Les visites se poursuivent cependant entre le 16 juillet et le 3 aout, du mercredi au dimanche à 15 h et à 19 h.

« Découvrez le riche patrimoine de Rouleauville (quartier Mission) comme si vous y étiez au tournant du 20e siècle », invite leur annonce.


Le quartier Rouleauville a été nommé ainsi en 1899, en l’honneur du Juge Charles-Borromée Rouleau et de son frère, le Docteur Édouard-Hector Rouleau.  


Originaires de L’Isle-Verte au Québec, les deux frères sont reconnus et respectés à titre de grands catholiques et défenseurs de la langue et de la culture canadienne-française à Calgary. Le docteur a occupé le poste prestigieux de Consul de la Belgique pendant 15 ans et est devenu président fondateur de la Société Saint-Jean Baptiste de Calgary en 1888, un an après son arrivée.

Édouard-Hector et sa femme Catherine habitaient sur la rue St-Joseph (18e Avenue), en face de l’église St Mary’s. Ils étaient fiers parents de cinq enfants dont Albert, Henri, Albertine et Bernadette. Albert devint le premier prêtre natif de la région ordonné dans le diocèse de Calgary; Albertine devint religieuse de la congrégation Fidèles compagnes de Jésus (FCJ) et Henri, s’éteint très jeune, victime de la Première Guerre mondiale.

Itinéraire
La tournée pédestre part du parc Rouleauville, sur la 17e Avenue et la 1re Rue S.O. Le guide, Inouk Touzin, est accompagné du fantôme du jeune soldat Henri Rouleau, incarné par Carl Sincennes.

Parmi les nombreux points d’intérêts, on se retrouve devant la maison familiale du Docteur Rouleau, maintenant à l’abandon. Plus loin, Henri Rouleau, en uniforme militaire, jette un tendre regard sur la photo historique de sa famille aux archives du Musée Glenbow. Il se souvient du jour où la photo a été prise et on ne peut s’empêcher d’avoir le cœur serré.  

Arrivés devant l’hôpital Holy Cross (Sainte-Croix), fondé en 1891 par les Sœurs de la Charité (Sœurs Grises) de Montréal et appuyé par le docteur Rouleau, Henri décrit comment il meurt : atteint d’une balle au ventre, sur le champ de guerre. Si jeune, si loin de sa famille...

L’histoire de Rouleauville prend vie, aux gestes et paroles des employés du Théâtre à Pic.




 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut