Santé en français à Calgary : c’est un départ

Après des années de discussions, le projet d’Incubateur de services en français – santé de Calgary a fait ses premiers pas concrets les 28 février et 1er mars 2014, alors que le comité directeur du projet a tenu une réunion lors de laquelle les assises d’un plan stratégique ont été posées.

Auparavant, il y avait bien un comité consultatif qui travaillait sur le projet, formé de membres du milieu associatif francophone de la région, mais il a fallu attendre que le gouvernement provincial accorde une subvention à l’Association canadienne-française de l’Alberta (ACFA) régionale de Calgary pour qu’un coordonnateur soit engagé et que le projet prenne finalement son envol.


L’annonce d’une contribution gouvernementale de 17 500 $ avait par ailleurs été faite lors du premier Gala de la francophonie de Calgary, en novembre 2013, et Jonathan Perron-Clow est désormais le coordonnateur de l’Incubateur de services en français – santé.

Lors de cette première rencontre de travail officielle, la présidente de l’ACFA régionale, Nicole Buret, s’est tout d’abord dite ravie de constater la cohésion au sein du groupe, une cohésion acquise lors des longues discussions qui ont précédé ladite rencontre.

Pour ce qui est du projet santé, que le comité directeur envisage à long terme comme un Centre de santé multidisciplinaire, il y a du pain sur la planche. « Nous avons vraiment fait le premier pas aujourd’hui », insiste Mme Buret.

À la fin de ces deux jours de session de planification stratégique et d’information, les participants étaient d’accord pour dire que les objectifs avaient été atteints, alors qu’un consensus a été établi autour d’une stratégie d’implantation de services de santé primaire en français à Calgary. Cependant, du travail reste à faire en ce qui a trait à l’argumentaire justifiant le projet, notamment celui qui servira ultimement à convaincre le gouvernement d’y adhérer, mais cette étape est encore loin.

En fait d’accomplissements, le comité directeur a désormais une vision établie pour le projet, qui reste à peaufiner, et des priorités d’action ont été établies, dont celle de construire de solides liens de communication entre les membres du projet, la communauté et les professionnels de la santé.

Un autre de ses objectifs majeurs, à court terme, sera le recensement des services existants ainsi que de tous les professionnels de la santé pouvant s’exprimer en français. « Nous savons qu’environ 370 professionnels parlent français dans la région, dont plus de la moitié sont des spécialistes », souligne Mme Buret.

Par ailleurs, il faudra aussi sonder la population afin de définir la communauté et ses besoins de manière plus précise, ainsi qu’observer avec attention ce qui se passe ailleurs en terme de services de santé en milieu minoritaire. « Nous voulons un projet viable, durable et d’excellente qualité, qui répondra aux besoins de tout le monde, des enfants aux ainés », affirme avec confiance Nicole Buret.

Le comité directeur devrait donc se rencontrer d’ici la fin mars pour poursuivre le travail de planification stratégique. Le projet est à suivre.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut