Près d’une centaine de personnes se sont réunies, le 29 aout dernier, au Westin de Calgary pour assister au lancement de la programmation du WordFest 2012.

« Cette année, ce sont 77 auteurs en provenance de 11 pays qui font partie de la programmation du festival qui se déroulera du 9 au 14 octobre », a souligné la directrice du Wordfest, Jo Steffens.

Du côté francophone, sept auteurs feront partie de la composante française, le Festival des mots. « Le Wordfest a toujours essayé de promouvoir les auteurs francophones, mais aussi d’autres langues comme l’espagnol ou encore l’italien », affirme la responsable du Festival des mots et de la programmation jeunesse du Wordfest, Sandra Paire.


Parmi les auteurs francophones, l’édition 2012 du Festival des mots accueillera les deux coauteurs de la série Les Dragouilles, Karine Gottot et Maxim Cyr. « Pendant toute l’année, on essaie de se tenir au courant de ce qui se fait au niveau de la littérature, et ce, tant du côté des adultes que des plus jeunes », affirme Mme Paire.

Elle reconnait que la tâche est plus facile aujourd’hui. « On peut dire merci à Internet qui nous permet de faire de belle découverte et de nous mettre en contact avec les maisons d’édition », lance-t-elle.

Outre les deux auteurs des Dragouilles, dont le plus récent volume a remporté le prix canadien Tamarack Express 2012, le Festival des mots mettra en vedette les Canadiens Angèle Delaunois, auteure phare de la littérature jeunesse, Louis Émond, auteur jeunesse, Caroline Merola, auteure et illustratrice, Félicia Mihali, journaliste, romancière et professeure, ainsi que Mélanie Watt, auteure et illustratrice. La Française Marie Darrieussecq, auteure phare de sa génération, sera aussi de la partie.

« Nous essayons le plus possible de trouver des auteurs dont les œuvres ont un lien avec le curriculum scolaire de l’Alberta et qui peuvent stimuler les jeunes à la lecture », mentionne Sandra Paire.

D’ailleurs, les auteurs francophones ne s’ennuieront pas lors de leur séjour à Calgary. « Les écoles sont au courant de la programmation scolaire avant même les vacances scolaires et les auteurs sont réservés pour des présentations dans les classes assez rapidement. Les auteurs francophones sont très sollicités. Cela démontre qu’il y a à la fois de l’intérêt, mais aussi une demande de recevoir des auteurs pouvant faire des présentations en français », avance Mme Paire.

Outre les présentations dans les écoles et certains ateliers pendant le Festival des mots, les auteurs canadiens donneront rendez-vous à la communauté francophone de Calgary, le 11 octobre, à la Cité des Rocheuses.

« On essaie un nouveau format plus convivial cette année. Plutôt que d’avoir une rencontre avec séance de dédicaces, on invite les gens à venir échanger et discuter avec les auteurs », explique la responsable du Festival des mots.

Demande accrue
S’il n’en tenait qu’aux organisateurs, les Festival des mots, un organisme sans but lucratif, accueillerait plus d’auteurs. « Malheureusement, nos budgets sont limités. Contrairement aux maisons d’édition anglophones, les auteurs francophones n’ont pas autant d’appuis de leur maison, ce qui vient limiter, en quelque sorte, le nombre d’auteurs que nous pouvons accueillir », affirme Sandra Paire.
 

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut