Les fournitures scolaires, un coût parfois difficile à supporter

Crayons, feutres, paire de ciseaux, cahiers, classeurs, feuilles, écouteurs, mouchoirs, bouteille d’eau, sac à dos… La liste des fournitures scolaires exigées par les écoles est longue. Pour certains parents, la facture est salée. Des organismes francophones leur viennent en aide.

Les sacs distribues par le Centre daccueil remplis de fournitures crayons feuilles cahiers

Pour Pascale Nadon, parent d’un élève en 1ère année et enseignante à l’école Notre-Dame des Monts à Canmore, il faudra débourser 50 dollars en cette rentrée 2018. Une somme relativement basse par rapport à celle que devront payer les parents de plusieurs enfants. « Les parents avec deux, trois ou quatre enfants… Ça doit pas être donné la rentrée ! », observe-t-elle.

La liste des fournitures varie selon les écoles. Et c’est sans compter les frais scolaires qui viennent s’ajouter à ces dépenses. Tous les moyens sont bons pour économiser : « On encourage la réutilisation du matériel. Beaucoup de choses peuvent être réutilisées. À 41 ans, j’ai encore mes crayons de bois du secondaire ! », illustre l’enseignante. Malgré tout, un minimum de matériel neuf est inévitable pour assurer une bonne rentrée, « pour le bon fonctionnement et la bonne organisation de chaque élève ».

Aider  ceux  dans  le  besoin

Plusieurs programmes d’aide soutiennent les familles moins aisées. Dans la communauté francophone de Calgary, c’est le Centre d’accueil de la Cité des Rocheuses qui s’en charge. « On fait la distribution de sacs d’école pour les familles à faibles revenus », indique Alejandra Aracena, coordinatrice du Centre.

Cette année, 65 sacs ont été distribués le 31 août à la Cité des Rocheuses et le 1er septembre au Genesis Centre. Les sacs proviennent de Stephen’s Backpacks Society for Children in Need, une association à but non lucratif basée à Airdrie, au nord de Calgary, avec laquelle le Centre s’est lié pour la rentrée. Bonne surprise pour les parents : les sacs sont remplis de fournitures en tous genres avec des crayons, des feuilles, des cahiers…

La Stephen’s Society a distribué au total 16 000 sacs mais les 65 distribués par le Centre d’accueil étaient réservés aux familles francophones. « On avait envoyé un courriel à nos clients pour dire que ce service existait. Ils se sont inscrits et ont dû fournir une preuve de revenus », précise Alejandra Aracena. Toutes les familles demandeuses ont pu être servies.

Le Centre d’accueil a établi un partenariat avec le Centre d’appui familial du Sud de l’Alberta (anciennement la SPEFSA) pour que l’initiative puisse servir un maximum de familles. En plus de cette initiative, l’organisme avait déjà obtenu 59 sacs en partenariat avec la Salvation Army dans le cadre d’un autre programme qui s’étalait du 25 août au 1er septembre.

Avec parfois des frais de rentrée scolaire qui s’élèvent à 150 dollars par enfant, nul doute que ces programmes d’aide soulagent les familles.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut