Imprimer cette page

La conduite en français, c’est possible !

Le Centre d’accueil francophone de Calgary organise un cours de préparation à l’examen écrit du permis de conduire albertain en français le 8 août prochain. L’atelier animé par Moez Haji, instructeur familier de la communauté francophone de Calgary, permet un apprentissage des règles élémentaires de conduite dans la langue de Molière.

Permis de conduire

« Nous avons eu plusieurs questions sur le permis de conduire de la part de nouveaux arrivants donc cela nous a donné l’idée d’ouvrir cette classe », explique Carole Bédard, conseillère en établissement du Centre d’accueil francophone de Calgary. Celle-ci décrit le processus parfois long et compliqué auquel les nouveaux arrivants doivent faire face avant de pouvoir s’inscrire au permis de conduire.

Nouveaux arrivants, nouveau marché

« Pour une grande partie des immigrants, l’anglais est une langue nouvelle. C’est plus confortable au niveau du cours de conduite de recevoir des cours en français, dans leur langue maternelle », surenchérit Moez Haji.

Instructeur depuis plus de 20 ans, M. Haji s’inspire de son expérience passée au Manitoba où les services en français sont plus faciles d’accès. « Ici, en Alberta, les cours officiels du gouvernement provincial ne sont pas offerts en français alors qu’ils le sont au Manitoba. Il y a très peu d’auto-écoles bilingues à Calgary », regrette le directeur de l’auto-école Route2Freedom.

Moez Haji s’est rendu compte que malgré l’offre en français, sa clientèle francophone n’était malheureusement pas la majorité. « Cela fait 3 ans que j’essaie et je ne sais pas si je devrais continuer à cibler la communauté francophone ».

Le marché francophone, désormais, concerne les migrants venant de pays francophones d’Afrique, où la conduite sous condition de neige est inexistante. « C’est une niche et un marché que j’aimerais explorer … », confie Moez Haji.

Un manuel inexistant

Bien qu’en Alberta l’examen théorique du permis de conduire puisse être fait en français, le manuel fourni par la gouvernement provincial est uniquement en anglais. L’atelier offert par le Centre d’accueil francophone, qui dure 2 heures, est donc une opportunité unique pour pallier le manque de service offert en français par le gouvernement. Les participants pourront ainsi poser des questions et avoir plus d’informations sur l’examen grâce à un guide du conducteur fourni en français.

Quant à la continuation de ce genre de programme, cela dépendra du succès rencontré lors de la première séance. « Je serais intéressé pour faire plus d’ateliers. Si cela marche, nous pourrons en faire un par mois », explique Moez Haji.  

Pour le moment, l’atelier compte plus d’une quinzaine d’inscrits et les inscriptions sont encore ouvertes jusqu’au 7 août.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)