À Calgary : la fête du Beaujolais se déroule sous un fond de crise

Bryan C. Haynes et Jean-Charles BouLe 25 novembre dernier, la célébration du Beaujolais Nouveau à Calgary a débuté par une mauvaise nouvelle pour les membres de l’Alliance française (AF) de la métropole albertaine.

Cette soirée, qui s’est déroulée devant quelque 40 personnes, est traditionnellement réservée pour fêter la venue du Beaujolais. Or, il semble que la crise de la dette en Europe ait des répercussions jusqu’à Calgary.


« Compte tenu de la crise économique qui sévit en Europe, le gouvernement français a supprimé son appui financier à l’Alliance française. Le poste de directeur général ne sera plus financé par le gouvernement français. La mesure prend effet immédiatement », a annoncé Bryan C. Haynes, avocat et administrateur au sein du conseil d’administration de l’organisme.

Cette nouvelle aura des répercussions pour les employées de l’AF de Calgary, les clients et ses partenaires, sans oublier toute la communauté francophone. D’ailleurs, pour pallier ce manque à gagner, Bryan C. Haynes a sollicité l’aide financière des membres dans le but de recueillir les fonds suffisants pour l’embauche d’une nouvelle direction générale.

Le Consul de la République française à Calgary, Jean-Charles Bou, a regretté la décision de son gouvernement. Cependant, il a tenu à rassurer les membres de l’Alliance française et ses employés. « Vous pouvez être assuré de mon soutien durant cette période », a-t-il garanti.

Cette annonce vient ajouter à une situation déjà difficile. Sans direction générale depuis le mois de mai dernier, l’organisme est présentement en pleine tempête. De fait, depuis son déménagement, en septembre 2011, de l’édifice historique du parc Memorial pour l’immeuble Herald situé au centre-ville, la situation se serait aggravée.

L’organisation aurait perdu plusieurs clients et vivrait des difficultés financières. Laurence Grossin, consultante exécutive pour l’Alliance française de Calgary, a confirmé que l’organisme traversait une période laborieuse. « Nous avons perdu quelques clients. Nous n’avons pas de direction générale, nous traversons une période de transition », a-t-elle déclaré.

L’organisme a aussi lancé une campagne sur son site internet, demandant un appui financier du public afin de continuer ses activités. Il est question de poursuivre l’enseignement des cours de français, de garder sa médiathèque ouverte et de poursuivre sa programmation.

Célébration du Beaujolais Nouveau
Chaque année, l’arrivée du Beaujolais Nouveau est soulignée à travers le monde. Cette fête se déroule à partir du troisième jeudi de novembre. « C’est une célébration de la sortie de la première bouteille de vin après les vendanges. C’est véritablement un symbole de la fin des vendanges. Je ne peux pas vous cacher que cette fête me surprend puisque c’est le pire vin du Beaujolais. Mais, c’est une tradition », a confié Al Drinkle, sommelier de profession, qui servait les amateurs de vin.

Les nombreux œnophiles ont pu accompagner cette dégustation par des petits fours et hors-d’œuvre apprêtés par les chefs de renom, Marnie Fudge et Thierry Merret, de Cuisine et Château. La gastronomie française était à l’honneur pour compléter le Beaujolais. Au menu : une soupe froide magique, des pâtisseries raffinées et autres délicieux plats gourmets.

 

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut