Le Canada grandeur nature, dans les écoles de FrancoSud

Le mois de novembre voit venir le projet technoculturel Canada C3, un projet financé par le Fonds Canada 150, pour les élèves des écoles du Conseil scolaire FrancoSud. Huit écoles participeront au projet, destiné aux élèves de la 2e à la 9e année, afin d’aborder des thèmes centraux liés à l’identité canadienne : la diversité, l’inclusion, la réconciliation, l’engagement et l’environnement.

Qu’est-ce que le Canada ? Quelles sont ses ressources ? Quelle place a la francophonie dans ce vaste pays ? Ce sont des questions auxquelles les élèves pourront trouver des réponses dans les prochaines semaines grâce à cette initiative, animée par Chantal Desgagné et Josée Desmeules, dans les écoles du Sud de l’Alberta.

IMG 6246 2

Ce projet rassemble les élèves autour d’une réflexion commune sur leur pays à travers des ateliers culturels et technologiques. Ils pourront ainsi placer eux-mêmes, sur une carte géante du Canada, les ressources énergétiques du pays et identifier différentes villes au moyen de coordonnées géographiques. Une des activités pédagogiques utilise la réalité virtuelle, avec l’aide de Google, pour que les élèves « visitent » la centrale hydroélectrique de la Baie-James au Québec.

La francophonie fait partie de ce projet à travers une activité où les élèves sont chargés de placer sur la carte les drapeaux franco-canadiens sur les provinces.

 

Le but de cette initiative est de faire réaliser aux élèves l’ampleur et la grandeur de leur pays, ainsi que ses richesses naturelles et culturelles. Les ateliers sont adaptés pour chaque catégorie d’âge et varient selon les objectifs. Les élèves de secondaires apprennent ainsi : quelles sont les importations et exportations du pays? Comment les ressources sont transportées et gérées? Pour les plus jeunes, c’est un moyen d’acquérir des compétences nécessaires, comme pouvoir lire une carte géographique, interpréter sa légende et savoir calculer l’échelle d’un plan.

 

Magali Bourque, professeure à l’école de la Source, souligne l’importance du projet pour la francophonie, afin que les élèves réalisent que le français est présent à travers toutes les provinces du pays. « La réalité virtuelle a été le summum de leur expérience. Comme ils utilisent la technologie très souvent, ils ont été emballés. En fait, ils voudraient pouvoir l'utiliser plus souvent. Cela nous sort du contexte classe » décrit Mme Bourque.

 

Ce projet technoculturel porte bien son nom. Associant technologie par l’usage de la réalité virtuelle et culture à travers les activités pédagogiques, c’est une occasion pour les élèves de développer leur sentiment d’appartenance au Canada. Avec une meilleure compréhension du territoire qui les entoure, et de ceux qui y habitent, les élèves auront en mains tous les outils pour participer à leur tour à la construction de ce vaste pays, le Canada.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut