RDV 2017: Les résultats sont-ils au Rendez-Vous?

Pour la 8ème année consécutive, le Rendez-vous d'Affaires 2017 s’est déroulé les 27 et 28 octobre à Calgary, au Sheraton Cavalier Hôtel. Entrepreneurs et organismes se sont retrouvés autour de différents ateliers et en ont profité pour bénéficier de l’expertise de différents conférenciers. L’année 2017 marquera aussi le 20e anniversaire du CDÉA. Si le mandat de l’organisme provincial consiste à accroître l’apport économique et le rayonnement des Franco-Albertains, quelle valeur apporte le Rendez-Vous d'Affaires quand on est un entrepreneur francophone en situation minoritaire ?

« L’effet réseau est aussi important que l’effet apprentissage », note Jean-Michel Gires, entrepreneur de mode et fondateur de l’entreprise byjeanmichel.  Présent à l’évènement, M. Gires a trouvé la présentation de certains consultants bien rodés : « J’ai trouvé les interventions extérieures de bonne qualité ».

 

Le tandem Mélissa Lapierre et Nicolas Harton de Communication Futée sur l’art de savoir communiquer a été bien apprécié. C’est l’avis qu’a également partagé Mme Nathalie Callede de Vertical Oxygen, qui y a trouvé « une grande qualité et une connexion avec le marché du travail ». La problématique que rencontrent les PME afin de développer le commerce en ligne, abordée par François Charron de Branchons les PME, a su aussi capter l’attention du public.

 

untitled 1 3

Une baisse de la fréquentation

Cependant, le Rendez-vous économique connaît depuis quelques années une baisse de ses participants. « Je me souviens du Rendez-Vous d’affaires en 2013 avec deux fois plus de monde », se remémore Jean-Michel Gires.  Selon lui, un bon deux tiers des participants de 2013 était présent cette année. « Il y a moins de diversité, je pense qu’il faut y travailler et mettre un effort supplémentaire sur le fait d’attirer plus de gens et de nouvelles personnes », conclut-il.  

 

Un défi que reconnaît volontiers M. Étienne Alary, directeur général du CDÉA.

Selon lui, si l’évènement s’est bien passé, les gens ont attendu de s’inscrire dans les deux dernières semaines. « Il faut trouver des pistes pour que ce stress-là ne soit pas vécu chaque année »,  souhaite-t-il. M Alary précise aussi qu’il doit y avoir des discussions sur la bonne formule à utiliser. Cette année, il comptabilise 80 billets de vendus sur un total de 105 inscriptions.

 

Rôle et objectif du Rendez-vous d’Affaires

« Le RVA est certes l’endroit idéal pour nos membres de se réunir et de réseauter, mais aussi d’apprendre et de s’enrichir dans un contexte francophone. C’est la pierre d’assise de notre organisation », a déclaré le directeur du CDÉA.

 

Même si l’objectif du Rendez-vous d’Affaires n’est pas de générer de profits, il n’en reste pas moins qu’il a causé ces dernières années un déficit. Aux dires d’Étienne Alary, on peut s’attendre pour cette édition à un manque à gagner d’environ 12000 $, contre 41 000$ en 2016, 17 000 $ en 2015, et 12 000 $ en 2014.

 

« Chaque année, l’évènement comme tel ne fait pas ses frais. Mais dans une perspective de programmation annuelle ça fait partie de notre gamme d’offres de services et c’est intégré dans le budget », explique le directeur général de l’organisme.

 

Si le Rendez-vous d’Affaires ne génère pas de revenus instantanément, il s’agira de voir si les entrepreneurs en retirent de leur côté un bénéfice sur le long terme.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut