Imprimer cette page

Le RaJe à Calgary, une première!

Pour la première fois de son histoire, Francophonie jeunesse de l’Alberta (FJA) a tenu son Rassemblement Jeunesse (RaJe) à Calgary. Plus de 700 jeunes albertains d’expression française de la 7e à la 12e année provenant de trois conseils scolaires francophones et d’une école d’immersion, en plus d’une centaine de bénévoles et formateurs, se sont réunis le vendredi 13 octobre à la Mount Royal University. Une journée d’activités qui leur a permis de faire de nouvelles rencontres et découvertes!

 

 

Depuis ses débuts, le RaJe a lieu annuellement dans la région d’Edmonton. Cependant, il y a quelques années, le conseil d’administration de FJA a instauré une politique indiquant que l’évènement devait se tenir soit à Edmonton ou Calgary, ou dans leurs environs.      

 

FJA et le Conseil scolaire FrancoSud ont donc entamé au cours des dernières années des pourparlers afin d’accueillir le RaJe à Calgary. « Ça fait environ trois ans qu’on développe de meilleurs liens avec le FrancoSud par rapport à la participation de leurs élèves aux activités de FJA », indique Casey Edmunds, directeur général de FJA.

 

Le conseil scolaire devait alors démontrer une hausse de participation aux évènements de l’organisme jeunesse avant que ce dernier considère de tenir leur rassemblement dans leur région. Une marchandise que le FrancoSud a su livrer.

 

«On est un partenaire financier important bien sûr, mais on s’assure aussi d’avoir au moins 350 de nos élèves [au RaJe], donc on a une très bonne participation, » souligne Chantal Desgagnés, conseillère en pédagogie culturelle et construction identitaire au Conseil scolaire FrancoSud.

 

La communauté de Calgary a aussi soutenu FJA dans l’offre de ses 27 ateliers. « On avait le Portail d’immigrant, le studio Bell et quelques membres individuels de Calgary qui ont animé des ateliers. Par contre, le plus grand soutien est venu du FrancoSud », précise Sophie Bergeron, coordonnatrice du RaJe.

 

Le conseil scolaire Centre-Est, le grand absent

Malgré l’augmentation de la participation du Conseil scolaire FrancoSud, la nouvelle localité de l’évènement n’a pas su plaire à tous. En effet, l’ajout au déplacement a provoqué l’absence des écoles du Conseil scolaire Centre-Est.  Une particularité puisque le conseil scolaire avait pour habitude d’assister à l’évènement.

 

Annabelle Culham, étudiante à l’école du Sommet de St-Paul, partage sa déception et celle de ses camarades quant au fait qu’ils n’ont pas pu participer. « Beaucoup des élèves de mon école étaient pas mal déçus parce que c’est la seule fois qu’ils peuvent participer à une conversation en français avec plusieurs autres jeunes de différentes parties de l’Alberta», explique-t-elle.  

 

DSC 0043

FJA aurait notamment tenté d’offrir des pistes de solutions au Centre-Est pour assurer la participation de leurs élèves, mais ce dernier les aurait refusées. « C’est dommage que le Centre-Est ait raté cette occasion. Ce n’est pas par manque du côté de FJA d’avoir essayé », soutient M. Edmunds.   

 

Par ailleurs, M.Edmunds renchérit que même s’il y a eu des répercussions négatives sur la participation du Centre-Est, l’organisme maintenait leur position. L’objectif premier était « d’accroître la participation des écoles du sud à ses activités sachant qu’ils ont un plus grand bassin de jeunes », et c’est exactement ce qui s’est produit.

 

Le Franco a contacté le Conseil scolaire Centre-Est pour obtenir ses commentaires, mais attend toujours une réponse.

 


Un retour éventuel à Calgary?

Le Conseil d’administration de FJA se penchera au cours des prochains mois sur une formule à préconiser suite à une évaluation de la part des participants. Les coûts supplémentaires engendrés par la tenue à Calgary seront également à prendre en considération.

 

  1. Edmunds mentionne par ailleurs qu’il pourrait y avoir une possibilité de tenir le RaJe à Red Deer, « qui serait entre les deux pôles » d’Edmonton et de Calgary.

 

« Je pense qu’on peut s’attendre à revoir le RaJe à Calgary. Est-ce que ce sera dans deux ans ou trois ans, je ne suis pas en mesure de le dire pour l’instant », conclut M.Edmunds.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)