Imprimer cette page

Diner d'affaires dans les rocheuses

Le bureau du CDÉA de Calgary a organisé le 16 novembre dernier son premier diner d’affaires à Canmore. Avec l’aide de l’ACFA régionale de Canmore-Banff, l’événement a réuni une vingtaine d’entrepreneurs venus discuter de l’économie locale, de l’importance du mentorat … et tout simplement se rencontrer.

Diner daffaires CDEA« Cela faisait longtemps que nous voulions faire quelque chose à Canmore », a expliqué Erwan Oger, directeur pour l’entrepreneuriat, le mentorat et l’innovation au Conseil de Développement Économique de l’Alberta (CDÉA) à Calgary.

« À Canmore, 27 % de la population est francophone, et le CDÉA a déjà aidé plusieurs entrepreneurs locaux à titre individuel» , a poursuivi M. Oger. L’organisme travaille aussi avec la commune dans le cadre de son dossier « tourisme ».

Le CDÉA s’appuie souvent, pour l’organisation de ses activités, sur des  « mobilisateurs », a indiqué le directeur. Pour ce diner d’affaires, c’est l’ACFA régionale qui a joué ce rôle. Située à l’école, elle a un contact direct avec la communauté locale.

C’est d’ailleurs grâce à Meaghan Gervais, coordonnatrice d’événements à l’ACFA, que Christian Dubois, agent immobilier depuis 12 ans, a été informé de l’activité. « C’est Meaghan qui m’a parlé du diner quand je suis allé chercher mes enfants, a-t-il dit, le CDÉA, c’est nouveau pour moi ! »

Pour l’occasion, le CDÉA avait fait appel à Pierre Doyon, entrepreneur accompli et fortement impliqué à Canmore. « Il nous a fait part de son expérience, et de son parcours plutôt atypique », a raconté Marie Printz, consultante administrative indépendante depuis 2010.

Basée à Calgary, et habituée des événements organisés par le CDÉA, Mme Printz avait tout spécialement fait le déplacement à Canmore. « Quand on est travailleur autonome, a-t-elle expliqué, on a constamment besoin de faire des recherches, des nouveaux contacts, et de sortir de chez soi. »

M. Dubois aussi est venu assister au diner « pour réseauter, rencontrer la communauté francophone des affaires. » Canmore représente un petit marché, a-t-il déclaré, il est donc important de pouvoir se faire un réseau à l’extérieur. La moitié des participants venait d’ailleurs de Calgary et des environs de Canmore, a indiqué M. Oger.

Dans son exposé, M. Doyon a souligné l’importance du mentorat, rejoignant ainsi l’approche développée par le CDÉA à travers son propre programme de mentorat. « Ça m’a fait réaliser qu’il y a beaucoup de ressources disponibles pour les entrepreneurs qui démarrent, a indiqué M. Dubois, je n’en avais aucune idée. »

Le conférencier a aussi fait part de ses observations sur l’économie locale, tiraillée entre le besoin d’attirer de nouveaux travailleurs, et celui de conserver son pouvoir d’attraction pour les personnes en quête d’un style de vie proche de la nature. « Il y a d’un côté les entrepreneurs qui ont besoin de voir à Canmore des logements abordables de façon à attirer et retenir des employés, et de l’autre des gens qui tiennent à préserver un certain style de vie axé sur le plein air », a expliqué M. Doyon. Mais à Canmore, les terrains disponibles à la construction sont limités et les prix des logements à vendre sont élevés, a-t-il ajouté.

Le CDÉA, qui a déjà organisé ce type d’événement dans d’autres communes telles que Airdrie, Bonnyville et Jasper, est actuellement en pourparlers avec des groupes du sud de la province pour mettre en place une activité similaire dans leur région.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)