×

Avertissement

JUser::_load : impossible de charger l'utilisateur ayant l'ID 72

La saison qui s’amorce promet d’être riche, du côté du Théâtre à Pic de Calgary. Son directeur artistique, Inouk Touzin, vient de terminer une maîtrise en mise en scène à l’Université de Calgary. Il a donc plus de temps pour mettre en place des projets artistiques, le tout sous le thème Prendre son élan.

Shoes of Sand-409

 « Ce sera une saison qui a du ressort! On veut rebondir sur de futurs projets, on veut prendre notre élan. Pour nous, Prendre son élan, cela signifie notamment de préparer des projets spéciaux pour le 150e anniversaire du Canada, dont l’écriture de nouvelles pièces », commence Inouk Touzin.

Cette saison, le public peut s’attendre à plusieurs éléments, dont une pièce communautaire, Small Talk, de Carole Fréchette. « Il s’agit d’une auteure très connue au Canada et dans le monde, qui a gagné le prix du Gouverneur général, entre autres », précise Inouk Touzin. Des auditions auront d’ailleurs lieu le 2 octobre. « Il y a aussi la pièce que je suis en train d’écrire. À ce propos, une lecture publique du travail en cours aura lieu lors du Festival des sucres de Calgary en avril, au Parc Heritage », annonce le principal intéressé.

 Projets à court terme

D’autres projets gardent Le Théâtre à Pic très occupé, notamment un partenariat avec Quest Theatre, avec lequel la pièce Les souliers de sable sera montée. « C’est une pièce offerte en anglais et en français, disponible dans la tournée des écoles albertaines cet automne », dit le directeur artistique. Selon ses dires, cette pièce, destinée aux tout petits, fera également le bonheur des parents et des plus vieux.

Par ailleurs, fort d’un partenariat avec le Conseil scolaire FrancoSud, le Théâtre à Pic fait la promotion de l’éducation artistique. « Nous sommes une des seules compagnies de théâtre au Canada à s’intéresser aussi à l’improvisation. Nous avons développé un tournoi d’improvisation au mois de mars, et cette année nous lançons une ligue interscolaire entre les écoles du Sud. Nous faisons aussi des résidences, notamment à l’École Terre des Jeunes », fait savoir Inouk Touzin.

Trouver son public
Dans un autre ordre d’idées, Inouk Touzin fait part des défis de son théâtre. « Les principaux défis du Théâtre demeurent les mêmes depuis plusieurs années. Il nous faut assurer une stabilité en termes de subventions. C’est toujours difficile, car nous avons une petite équipe », remarque-t-il. De plus, il insiste sur la difficulté de rejoindre le public. « Nous ne sommes pas les seuls à vivre des défis pour rejoindre les spectateurs. C’est une des caractéristiques de notre forme d’art, il faut toujours nous renouveler. Et nous sommes en compétition avec des vidéos de chats sur Facebook, comment on fait alors  pour intéresser les gens à une parole artistique et culturelle plus riche », demande-t-il. Selon lui, comme artiste, il faut arriver à développer une relation à long terme avec le public. « Donc, il nous faut bien communiquer avec des moyens abordables », termine-t-il.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut