Stampede de Calgary: faut-il s’inquiéter pour les animaux?

calf roping 2Photo: PETA
Le Stampede de Calgary attire plus d’un million de personnes par année. Reconnu comme étant l’un des rodéos les plus riches au monde, le Stampede représente aussi l’image et l’identité-même de la Ville de Calgary aux niveaux national et international. Toutefois, le festival a été critiqué à maintes reprises pour le traitement réservé à certains animaux.

 

Le Calgary Humane Society (CHS), un organisme venant en aide aux animaux, travaille en collaboration avec le Stampede de Calgary pour assurer le respect des normes de protection animale établies par le gouvernement provincial. « Notre but est de garantir que la Loi sur la protection des animaux de l’Alberta soit respectée », a indiqué Sage Pullen McIntosh, membre du CHS.

La mission de l’organisme est simple: aider le plus d’animaux possible. Or, un grand nombre de militants s’entendent pour dire que si certains types de rodéos n’avaient pas lieu, les animaux n’auraient pas besoin d’aide. Même s’il œuvre au sein du Stampede de Calgary, le CHS souhaite lancer un message clair. « Nous avons fait savoir ouvertement que nous souhaitons mettre fin aux événements de rodéos à haut risque, lance Sage Pullen McIntosh, pour que les animaux n’aient plus à être soignés pour les blessures».  

Bannir les rodéos?
L’organisme Pour une Éthique dans le Traitement des Animaux (PETA) s’oppose à toutes les formes de rodéos. « Ces événements considèrent ces animaux comme étant inférieurs, extensibles et échangeables. Ils sont exploités à plusieurs reprises et quand leurs corps sont trop meurtris, ils sont éventuellement envoyés à l’abattoir », se désole Emily Lavender, coordonnatrice de campagnes pour PETA.

Parmi les activités dangereuses, la prise du veau au lasso (calf-roping) en est une que déplorent les organismes pour les droits des animaux.  « Ces veaux sont encordés alors qu’ils courent à une vitesse de 43 km/h. Quand le lasso les attrape, leurs cous sont tirés vers l’arrière, entraînant ainsi des blessures au cou et au dos, des ecchymoses, des fractures… Certains veaux deviennent même paralysés », déclare la militante.

Un autre événement qui cause la controverse est celui des courses de « Chuckwagon ». Ce sport de rodéo équestre implique que des chevaux tirent des chariots et fassent la course autour d’une piste. « Depuis 1986, plus de 65 cheveux ont perdu la vie dans ces courses », affirme Emily Lavender.

Selon cette dernière, il est important de faire comprendre aux gens que les animaux souffrent. « Le profit ne vaut pas la violence subie. Les rodéos enseignent qu’il est acceptable de s’en prendre aux animaux pour le plaisir. Cette attitude, persuade-t-elle, n’a pas sa place dans notre société actuelle. »

PETA recommande de ne participer qu’aux événements respectueux des animaux. Emily Lavender a également souligné que même si les rodéos étaient bannis du Stampede de Calgary, le festival demeurerait tout de même un succès mondial. « Il y a tellement d’autres activités au Stampede, des activités qui n’impliquent pas l’abus des animaux », note-t-elle.

« Les animaux sont au cœur de nos valeurs »
Alors pourquoi donc est-ce que les rodéos à haut risque pour les animaux ne sont-ils pas bannis? « Parce qu’ils ne sont pas à haut risque du tout », répond Kristina Barnes, directrice des communications au Stampede de Calgary. À ses dires, de stricts standards sont établis afin d’assurer la sécurité des animaux. « Nous avons changé les règles de la prise du veau au lasso. Les cow-boys ont des ordres précis sur la façon dont ils attrapent les veaux, et s’ils ne suivent pas ces mesures à la lettre, ils reçoivent des amandes », assure-t-elle. Elle ajoute également que des examens pointilleux sont effectués sur les veaux et les bouvillons un mois avant le Stampede, à leur arrivée sur le site, et une fois la compétition terminée.  

D’un même trait, Kristina Barnes réfute que « les faits sur lesquels se base PETA ne sont pas ceux du Stampede de Calgary, et que les gens sont très mal informés ». D’après elle, le protocole mis en place est efficace, et aucune crainte n’est à avoir quant à la santé mentale et physique des animaux. « Les rodéos font partie intégrante du festival. Les gens qui viennent de la ville n’ont pas la chance de vivre cette expérience. C’est pourquoi il est important d’avoir des animaux ici », termine Kristina Barnes.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Éléments similaires (par tag)

Aller au haut