Imprimer cette page

La grande séduction de l’Alberta pour le Québec

Capture
C’est du jamais vu! L’Alberta courtise ouvertement les Québécois à travers une campagne publicitaire audacieuse mise sur pied en collaboration avec le Conseil de développement économique de l’Alberta (CDÉA). L’opération a d’ailleurs permis un véritable déridage des outils publicitaires utilisés par le CDÉA pour convaincre les Québécois de visiter la province.

 

Le 13 mai dernier, à l’Hôtel Arts de Calgary, le CDÉA a procédé au dévoilement de sa nouvelle image de marque touristique. « L’ambiance de la soirée était super. Il y a eu plus d’une centaine de personnes, dont l’Honorable Ricardo Miranda, ministre de la Culture et du Tourisme de l’Alberta et M. Brian Pincott, conseiller municipal de Calgary », commence Joëlle Savard, spécialiste, communications et marketing au CDÉA.  

Plusieurs grands acteurs et représentants de l’industrie touristique, partenaires majeurs et membres du CDÉA étaient aussi sur les lieux pour prendre part à ce dévoilement d’envergure qui a lieu annuellement depuis plusieurs années. « Or, cette année, la fête est plus grande, car nous avons eu de l’aide de la part du gouvernement de l’Alberta pour déployer nos outils et nous améliorer. Cela nous permettra de nous positionner sur le marché québécois », espère Julie Fafard, directrice, développement touristique et entreprenariat au CDÉA.

Le ministre Miranda abonde dans le même sens. « Le secteur touristique de l’Alberta bénéficie du guide touristique du Conseil de développement économique de l’Alberta depuis plus de 10 ans. Ce guide est un merveilleux ajout aux produits de marketing des sites touristiques de l’Alberta », a-t-il rappelé. Selon lui, le guide est un excellent outil pour mettre en évidence les communautés francophones de l’Alberta et leurs attractions touristiques, ce qu’il juge précieux pour la croissance du tourisme francophone. « Le CDÉA s’est engagé à appuyer le développement économique de la communauté francophone, un objectif que notre gouvernement encourage dans le cadre de notre stratégie de diversification économique pour renforcer notre secteur touristique », a-t-il martelé.

De la nouveauté
Dans l’optique de consolider sa position de leader du tourisme francophone en Alberta,           
« Tourisme en Français » devient « Tourisme Alberta ». Le tout est porté par un message clé : « (Oxygénez votre vie) »!

Par la même occasion, ce projet pilote, rendu possible grâce à un partenariat entre le gouvernement provincial et le CDÉA, met notamment en vedette un site Web complètement revampé, une escouade touristique, de même qu’une vidéo promotionnelle. « Notre site Web est complètement nouveau, très loin de ce que c’était. On a coupé dans le gras pour conserver les contenus les plus pertinents », exprime Joëlle Savard.

Les Québécois répondront-ils à l’appel?
Cet évènement  fut également l’occasion de dévoiler les principales composantes de la campagne marketing actuellement en cours pour promouvoir l’Alberta comme destination touristique sur le marché du Québec. Pour Joëlle Savard, le Québec n’a jamais fait partie des priorités de Travel Alberta. Mais tout cela s’apprête à changer. « C’est sûr que beaucoup de Québécois ne connaissent pas la province, car ils n’ont jamais été sensibilisés par des publicités. La première étape de cette campagne se veut donc un coup de sensibilisation, une prise de contact », réagit-elle. Sans compter que pour Julie Fafard, la conjoncture économique se prête bien aux vacances au sein du Canada. « Le dollar canadien est bas, et la situation en Europe peut faire peur à certaines personnes », fait-elle savoir.

Mais pourquoi vouloir séduire les Québécois à tout prix? «  Des initiatives telles que les efforts de marketing du CDÉA pour attirer plus de Québécois en Alberta sont une occasion pour nous de faire rayonner notre province », se borne à répondre le ministre Miranda. Pour lui, les visiteurs pourront explorer et profiter personnellement de l’hospitalité réputée de l’Alberta, ce qui servira à renforcer la compréhension mutuelle des habitants des deux provinces. «  Notre partenariat avec le CDÉA nous aidera à atteindre cet objectif », ajoute-t-il.

Pour le moment, impossible de connaître les impacts de ces efforts auprès du public québécois. « Le CDÉA n’est pas un grossiste en voyage, nous ne vendons rien », invoque Julie Fafard. Alors, chers Albertains, pour savoir si cette campagne a du succès, tendez donc l’oreille cet été. Peut-être entendrez-vous un peu plus l’accent des gens de la Belle province…  

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Éléments similaires (par tag)