Foire à l’emploi bilingue à Calgary: Le nombre de chercheurs d’emploi francophones stable

2015-10-21 10.39.30Le taux de chômage a peut-être augmenté à 6,5 pourcent dernièrement en Alberta; mais le nombre de chercheurs d’emploi ayant participé à la foire à l’emploi de Connexion Carrière du 21 octobre, lui, est resté sensiblement le même. L’association, qui organise ce genre d’évènement tous les six mois, a accueilli plus de 200 francophones et francophiles au collège Bow Valley de Calgary.

 

Sur place, les gens s’échangent des poignées de main, font connaissance mais surtout, se partagent de l’information, des cartes d’affaires et des curriculum vitae. Le tout se passe surtout en français. « On veut avoir des entreprises qui cherchent des candidats bilingues où le français va être un atout et un besoin dans leur entreprise », explique celle qui agit d’intermédiaire entre le chercheur d’emploi et l’employeur à Connexion Carrière, Carole Bédard.

Dans un premier temps, l’organisme se donne la mission de publier les offres des employeurs et, dans une deuxième temps, d’aider les chercheurs d’emploi à rendre leurs curriculum vitae et leurs lettres de présentation attirants.

 

« C’est un peu difficile pour un nouvel arrivant à Calgary de se trouver un emploi, mais il y a des organismes, comme Connexion Carrière, qui m’ont beaucoup aidé », précise Barry Falilou, un francophone originaire de la France qui tente de se trouver un emploi à Calgary dans le domaine des assurances depuis quatre mois.

 

Il a envoyé une centaine de curriculum au cours des derniers mois, mais n’a toujours pas décroché le poste de ses rêves. « Pour l’instant, je poursuis mes cours d’anglais et je continue de travailler sur mon CV et faire du réseautage à Calgary », dit celui qui travaille actuellement à temps partiel dans le domaine de la vente.

 

Barry Falilou aimerait idéalement se trouver un emploi où il pourrait s’exprimer dans les deux langues officielles. Lors de la foire de Connexion Carrière, il a remis son curriculum vitae à deux employeurs qui étaient sur place, dont Air Canada. Il croise les doigts pour recevoir un coup de téléphone dans les prochaines semaines.

 

Trouver du boulot, un emploi à temps plein

Florentino Guerra, un Brésilien qui parle cinq langues et qui se spécialise dans le commerce international et le marketing est lui aussi à la recherche d’un emploi depuis le mois de mai à Calgary. À son grand désespoir, se trouver un gagne-pain en Alberta est plus difficile qu’il ne le pensait.

 

Ce dernier réussit toutefois à se faire convoquer en entrevue en moyenne toutes les deux semaines. « Aussi étrange que cela puisse paraître, se trouver un emploi vous occupe à temps plein. Ça prend beaucoup de temps et d’énergie », raconte-t-il.    

 

Tous les jours, il passe plusieurs heures avant et après ses quarts de travail à tenter de trouver des opportunités de carrière. Il voudrait travailler pour une entreprise qui souhaite développer ses marchés internationaux. «  Je ne perds pas espoir, je pense que je vais réussir à trouver quelque chose dans mon domaine, c’est une question de temps », espère le Brésilien qui s’est établi au Canada en 2009.

 

Il n’y a pas d’emploi qui a particulièrement suscité son intérêt lors de la foire de Connexion Carrière, mais il s’est fait des contacts et a discuté avec des employeurs potentiels, comme la compagnie d'agroalimentaire originaire du Brésil, JBS Food, à qui il avait déjà remis son CV.

 

Francophones recherchés

L’Alliance française de Calgary faisait partie de la vingtaine d’employeurs venus recruter du personnel. L’organisme recherche des enseignants de français à temps plein et à temps partiel.

 

« C’est difficile pour nous de trouver des enseignants parce que lorsqu’ils sont qualifiés, ils vont se tourner vers le public. S’ils ne sont pas déjà dans les écoles publiques, ils ne pensent pas forcément à nous. Nous ne sommes pas très visibles à Calgary », soutient le directeur par intérim de l’Alliance française, Jean-Baptiste Roux.

 

Le 21 octobre, il a récupéré plusieurs CV de professionnels avec un diplôme provenant du département de français de l’Université de Calgary, ou encore avec des certificats en enseignement d’autres pays qui ne sont pas reconnus par le ministère albertain de l’Éducation.


Plus de 240 personnes se sont rendues à la foire à l’emploi de Connexion Carrière. 300 étaient attendues.

Évaluer cet élément
(0 Votes)

Laissez un commentaire

Assurez-vous d'indiquer les informations obligatoires (*).
Le code HTML n'est pas autorisé.

Aller au haut